L'Egypte adopte une loi restreignant l'activité des ONG

le
0
    LE CAIRE, 29 novembre (Reuters) - Le Parlement égyptien a 
adopté mardi à une très large majorité un projet de loi qui 
encadre l'activité des organisations non gouvernementales et 
qui, selon les associations de défense des droits de l'homme et 
les groupes caritatifs, entrave leurs actions. 
    Le texte limite les activités des ONG aux seuls secteurs du 
développement et des questions sociales avec une peine pouvant 
aller jusqu'à cinq ans d'emprisonnement en cas d'infraction. 
    Les ONG ne peuvent mener un travail de terrain ou d'enquête 
d'opinion sans autorisation préalable ou "coopérer de quelque 
manière que ce soit avec des instances internationales sans 
l'accord nécessaire". 
    Les associations de défense des droits de l'homme précisent 
que cette restriction concerne également toute collaboration 
avec les Nations unies. 
    Les ONG étrangères doivent désormais être contrôlées par une 
instance composée de représentants de l'armée, du renseignement 
et du ministère de l'Intérieur. 
    Le Parlement a en outre augmenté de 10.000 à 50.000 livres 
égyptiennes (environ 2.800 dollars) le permis que doit acquitter 
une ONG pour sa création. 
    Les députés ont expliqué que ces restrictions étaient 
justifiées par la protection de la sécurité nationale. 
    Le gouvernement égyptien a, plusieurs fois par le passé, 
accusé ces organisations de bénéficier de fonds étrangers afin 
de fomenter des troubles à l'ordre public. Plusieurs ONG font 
l'objet d'enquête sur leur mode de financement. 
    Les militants des droits civiques affirment que l'arrivée au 
pouvoir d'Abdel Fattah al Sissi, ancien général devenu 
président, s'est traduite par une remise en cause de toutes les 
libertés gagnées grâce à la chute d'Hosni Moubarak en 2011. 
 
 (Nashat Hamdy, Pierre Sérisier pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant