L'Egypte a entamé sa deuxième révolution

le
1
L'Egypte a entamé sa deuxième révolution
L'Egypte a entamé sa deuxième révolution

L'Egypte a de nouveau vécu des heures historiques mercredi soir. L'armée a annoncé que Mohamed Morsi, le président issu des Frères Musulmans, était destitué. La Constitution a été suspendue et de nouvelles élections vont être organisées. Adly Mansour, actuel président de la Cour constitutionnelle, a été appelé à diriger la transition politique. Des annonces accueillies par les cris de joie des milliers de manifestants rassemblés sur la place Tahrir, au Caire.

Des affrontements ont également eu lieu. Au moins cinq partisans de Mohamed Morsi ont péri dans des heurts avec les forces de l'ordre. La sécurité a également ordonné l'arrestation de 300 Frères musulmans, selon un le quotidien gouvernemental Al-Ahram.

L'ultimatum de l'armée égyptienne menaçant d'imposer sa propre «feuille de route» au président islamiste Mohamed Morsi s'il ignorait les «revendications du peuple» est arrivé à expiration à 16 h 30. Rapidement, l'armée a pris le contrôle de la télévision d'Etat et a déployé des troupes et des blindés dans les rues et sur les ponts du Caire. Elle avait donné lundi 48 heures au chef d'Etat islamiste pour «satisfaire les revendications du peuple».

Un peu plus tôt dans la journée, Mohamed Morsi avait appelé sur sa page Facebook officielle à «former un gouvernement de coalition et de consensus afin d'organiser des législatives à venir». Il avait déjà catégoriquement refusé mardi soir de quitter le pouvoir, mettant en avant la «légitimité» de son élection démocratique, il y a un an.

Avant d'annoncer la mise en place de la feuille de route, le chef de l'armée égyptienne, Abdel Fattah al-Sissi, a rencontré le représentant de l'opposition Mohammed ElBaradei et des chefs religieux. Les représentants du parti salafiste al-Nour et du Parti de la liberté et de la justice, vitrine politique des Frères musulmans dont est issu Mohamed Morsi, avaient été également invités mais ne se sont pas ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M566619 le mercredi 3 juil 2013 à 22:25

    Il faudrait que l'armée en France ait le droit d'intervenir de la même manière pour remettre de l'ordre compte tenu de l'insatisfaction du peuple face à l'incompétence de Hollandouille