L'Église géorgienne défie le pouvoir à Tbilissi

le
0
Une manifestation homophobe a tourné en bastonnade vendredi dernier sans que le pouvoir n'ose critiquer ou poursuivre les fauteurs de troubles.

Tbilissi,

C'est presque une tentative de «révolution théocratique» qu'a connue la Géorgie vendredi. A-t-elle réussi? En partie au moins, à en juger par l'inexplicable silence du nouveau gouvernement, qui s'est abstenu de condamner les violences. Pourtant, c'était bien à lui que le message était également adressé, comme un défi.

Le 17 mai, Journée mondiale contre l'homophobie, deux associations gays et lesbiennes avaient décidé d'organiser un bref rassemblement dans la capitale, Tbilissi. L'événement a tourné à la bastonnade dans le centre de la capitale de la République caucasienne. C'est une chance qu'il n'y ait pas eu de morts: 28 personnes ont été blessées.

Après l'annonce de ce rassemblement, Ilia II, Patriarche de l'Église orthodoxe nationale, qui rassemble 84 % de Géorgiens, avait dema...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant