L'Église de France reconnaît des dérives sectaires en son sein

le
0
Le président de l'épiscopat Mgr Pontier, répond à une quarantaine de victimes d'abus sexuels et spirituels et met en cause quatorze «communautés nouvelles».

L'Église catholique, comme toute institution, n'aime pas reconnaître publiquement des scandales internes. C'est pourtant ce que vient de faire le président de la Conférence des évêques de France, Mgr Georges Pontier, en répondant officiellement à un groupe d'une quarantaine de «victimes de dérives sectaires au sein de différents mouvements d'Église et congrégations religieuses» qui avaient adressé aux évêques réunis en assemblée plénière la semaine dernière à Lourdes un «appel» pour dénoncer des «dégâts» humains dont ils ont été victimes dans le cadre des communautés dites «nouvelles» et dont les effets décrits peuvent aller de la «dépression», au «suicide» ou la «destruction de personnalités».

La nouveauté de cette affaire ne réside pas tant dans la dénonciation d'abus sexuels que quelques-uns des ...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant