L'effet protecteur des oméga-3 remis en cause

le
0
La prise de gélules d'extraits d'huiles de poisson riches en oméga-3 ne permet pas de réduire significativement le risque de maladies cardiovasculaires, selon une étude coréenne.

Les gélules d'oméga-3 sont-elles efficaces pour prévenir les risques d'attaque cardiaque? Si pour une bonne partie de l'opinion, l'effet protecteur de ces acides gras polyinsaturés naturellement présents dans les poissons gras (thon, saumon, maquereau...) et dans certains végétaux comme les noix ou le colza, ne fait guère de doute, les données scientifiques permettant de l'attester sont nettement plus balancées.

La vogue des oméga-3 est partie du constat que les pays où la population consomme beaucoup de poissons sont aussi ceux dont le taux de mortalité cardio-vasculaire est le plus bas. En 1999, l'étude italienne Gissi-prevenzione qui portait sur 11.000 malades cardiaques prenant quotidiennement des gélules d'oméga-3 est venue enfoncer le clou en mettant en évidence une diminution de 10% du risque de décès (récidive d'infarctus, attaque cérébrale) au bout de 3 ans et demi.

Mais des biais importants, notamment le fait que l'essai n'a pas été conduit en double

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant