L'édito de la semaine : Signaux favorables sur l'économie américaine

le
0
Philippe Waechter, directeur de la recherche économique de Natixis Asset Management, revient la situation de l'économie américaine et les indicateurs qui laisseraient présager une sortie de récession plus rapidement que prévu.

Scénario intéressant que celui auquel on assiste aux Etats-Unis. Peu à peu depuis le début du mois d'avril les signaux suggèrent que l'économie retrouve une dynamique plus favorable. On peut ainsi imaginer que la sortie de récession se rapproche.

Quels sont les facteurs qui modifient la perception de cette économie américaine ?:

1 - Les enquêtes, généralement bon indicateur de l'activité à venir, se redressent. C'est le cas notamment de celle relatif au secteur manufacturier dont le profil oriente le cycle économique. On constate dans cette enquête (ISM) une hausse des nouvelles commandes alors que dans le même temps les industriels réduisent leurs stocks. On observe bien la logique qui s'en suit. La hausse des commandes alors que les stocks sont réduits se traduira par une hausse de la production. Ce schéma s'observe avec plus ou moins d'intensité à chaque sortie de récession.

2 - Ce changement de tendance sur l'activité devrait progressivement permettre d'améliorer les perspectives d'investissement des entreprises.

3 - Du côté des ménages, la perception de l'environnement a changé également. Parce que le marché du travail donne des signaux plus positifs, les ménages arrivent désormais à se projeter à un horizon un peu plus lointain. A un horizon de 6 mois, ils considèrent que les situations sur l'activité et sur l'emploi peuvent évoluer sur un tempo plus positif que ce qui est observé actuellement.

4 - Le marché de l'emploi va effectivement mieux. On le constate depuis le début du mois d'avril. Les inscriptions hebdomadaires au chômage se réduisent en tendance, ce qui est toujours un signal d'amélioration du marché du travail. On commence à en voir les conséquences avec la moindre réduction d'emploi au mois de mai (-345 000 emplois contre une moyenne de -645 000 par mois depuis le début de l'année).

5 - Le marché immobilier, pris en volume, donne des signaux de stabilisation. Les indicateurs restent très bas mais ne donnent plus de signes de dégradation supplémentaire. Les prix vont continuer de s'ajuster néanmoins même si dans certaines régions l'équilibre n'est pas très éloigné.

L'ensemble de ces informations suggère que l'économie américaine change de tendance et qu'elle a tous les éléments pour se redresser. Néanmoins, même si les politiques économiques très volontaristes vont encore permettre d'accentuer ces traits, il existe toujours des risques, soit sur le plan bancaire si le système de rachats d'actifs toxiques tarde à se mettre en place (comme cela semble être le cas) soit parce que les taux d'intérêt de long terme deviennent trop élevés et fragilisent ce changement de tendance sur l'activité. Ces chocs négatifs s'ils se matérialisaient seraient clairement pénalisant pour ce profil de reprise que nous évoquons.

Ce qui nous parait important est d'indiquer l'orientation plus positive de l'économie américaine au regard des signaux les plus récents.

Cependant cela ne nous dit rien sur la vitesse à laquelle cette économie va sortir de cette récession. La hausse du taux d'épargne des ménages, leur incapacité à s'endetter davantage suggèrent que le rythme de croissance sera réduit. Cependant au regard des situations passées, on ne peut exclure une sortie rapide et marquée comme cela a généralement été le cas lorsque la récession était violente et brutale. A ces deux profils possibles correspondront des dynamiques de marché de taux d'intérêt différentes. C'est je crois aujourd'hui le point important à avoir à l'esprit. L'économie américaine va sortir de récession mais attention elle peut sortir plus rapidement que ce que l'on imagine généralement. A chacun de s'y préparer.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant