L'édito de la semaine : "Le jour où la zone euro explosera..." (Marc Touati)

le
1
La fin de la zone euro fin 2012 ? C'est le scénario envisagé par Marc Touati, directeur des études économiques d'Assya Compagnie Financière. Un cauchemar prévisible à moins que...

Paris, le 12 novembre 2012. Le sommet franco-allemand, présenté comme celui de la dernière chance, s'est soldé par un nouvel échec. La Chancelière allemande Angela Merkel vient de claquer la porte, refusant les propositions de la Présidente française Martine Aubry. Il faut dire qu'après avoir battu Marine Le Pen au second tour des élections présidentielles en obtenant seulement 58 % des voix, le nouveau Chef de l'Etat français a effectué un fort virage à gauche, pensant par là même apaiser le malaise social qui s'est imposé dans l'Hexagone depuis quinze mois.

Tout a effectivement commencé le 12 septembre 2011 avec la sortie de la Grèce de la zone euro. A l'époque, les Grecs étaient exagérément montrés du doigt par l'ensemble des dirigeants politiques et monétaires eurolandais qui refusaient coûte que coûte toute restructuration de la dette publique hellène. Face à cette obstination tenace et devant la grogne sociale qui commençait à se traduire par des émeutes de plus en plus violentes, le gouvernement Papandréou devait alors démissionner, laissant la place à un gouvernement élu sur un programme radical : « sortons de la zone euro ».

La mise en place de ce plan fut évidemment très douloureuse pour la Grèce et surtout pour ses créanciers. En remplaçant l'euro par la « nouvelle drachme », qui fut dévaluée de 50 % par rapport à son niveau d'entrée dans l'UEM, l'Etat grec décida également d'engager un moratoire sur sa dette publique. Après avoir tant refusé le moindre rééchelonnement de cette dernière, les grandes banques de la zone euro durent alors boire le calice jusqu'à la lie. Comme en 2008, au lendemain de la faillite de Lehman Brothers et de la panique financière qui s'en suivit, les Etats européens durent venir à la rescousse, mais, cette fois-ci, en demandant le soutien d'autres puissances et notamment de la Chine. Bien entendu, face à cette ingérence économique chinoise, les Etats-Unis ne restèrent pas de marbre et décidèrent d'engager des mesures de rétorsion en matières de barrières douanières et de transferts financiers vers et en provenance de la zone euro. D'économique, la crise devint alors politique.

Les dirigeants européens n'étaient cependant pas au bout de leur peine. Et pour cause : le 9 octobre 2011, face à une nouvelle vague d'augmentation des taux d'intérêt de leurs obligations d'Etat, le Portugal et l'Irlande décidèrent d'engager un programme de sortie de la zone euro. Leur incitation à engager une telle politique était d'autant plus forte qu'en dépit de taux d'intérêt obligataires toujours très élevés, les émeutes grecques s'étaient calmées. Mieux, la patrie d'Aristote commençait à sortir la tête de l'eau et à retrouver une certaine dose d'espoir, montrant par là même à ses anciens partenaires que la sortie de la zone euro n'était pas forcément le pire des maux, surtout lorsque la crise sociale était déjà présente.

L'Allemagne encaissait difficilement le coup, mais la contagion ne faisait que commencer. Mis de nouveau en minorité, le gouvernement Berlusconi devait même démissionner et ouvrir la porte à une vague europhobe sans précédent au sein de la Péninsule transalpine. Tous ces désordres donnèrent des ailes au Front National en France, dont la Présidente arriva seconde au premier tour des élections présidentielles, avec 23 % des voix, juste derrière Martine Aubry, avec 24 % et loin devant Nicolas Sarkozy (19 %), Jean-Louis Borloo (10 %) et Dominique de Villepin (7 %).

En dépit de ce cataclysme, Angela Merkel espérait néanmoins que son homologue français mènerait une politique « à l'allemande » de réduction des dépenses et de la dette publiques. Elle fut malheureusement déçue, dans la mesure où, face à la pression de la rue, Martine Aubry dût engager une politique budgétaire laxiste. Pour essayer de réduire la facture, elle décida d'augmenter massivement les impôts, notamment sur le patrimoine, ce qui n'a évidemment pas suffi à compenser l'augmentation des dépenses publiques. Et ce d'autant qu'en annonçant une telle hausse de la pression fiscale, un mouvement de fuite des investisseurs français à l'étranger s'est enclenché. Les agences de notation n'ont alors pas manqué de dégrader la note de la France de AAA à BBB, provoquant une très forte hausse des taux d'intérêt obligataires et replongeant l'Hexagone dans la récession.

En ce lendemain du 94ème anniversaire de l'armistice de la première guerre mondiale, un point de non-retour a donc été franchi, puisque l'Allemagne a décidé de créer une zone euro à cinq, avec, pour seuls partenaires, l'Autriche, la Belgique, le Luxembourg et les Pays-Bas. Quant à la France, si l'on commence seulement à chiffrer les coûts exorbitants du retour au franc, les tensions sociales se font de plus en plus fortes, en particulier depuis les émeutes du 11 septembre 2012 sur les Champs-Elysées qui se sont soldées par une vingtaine de morts et l'incendie de nombreux haut-lieux touristiques de la célèbre avenue, à commencer par le Fouquet's et la boutique Louis Vuitton...

C'est alors que le réveil se met à sonner. Il est 6h50. Nous sommes le 11 juillet 2011. Ouf ! Tout cela n'était qu'un affreux cauchemar. Mais attention, la réalité dépasse parfois la fiction. Qui aurait cru par exemple il y a encore quatre ans que la note de la dette grecque serait CCC et que la viabilité de la zone euro serait remise en question ? Nous-mêmes, lorsque nous écrivions début 2009 que cette dernière était en danger existentiel, nous étions loin d'imaginer que ce risque se matérialiserait aussi vite.

Par conséquent, pour éviter que le pire devienne réalité, les dirigeants eurolandais doivent agir vite et bien. Ils doivent notamment accepter un rééchelonnement de la dette grecque avant qu'il ne soit trop tard. Il leur faudra également restaurer une croissance plus forte au sein de l'UEM, principalement grâce à un euro plus faible et à une politique budgétaire eurolandaise efficace. Enfin, ils devront aussi instaurer une zone monétaire optimale, en harmonisant les conditions fiscales et réglementaires, en établissant un marché du travail et en créant un budget fédéral conséquent. S'ils n'y parviennent pas, nous sommes au regret d'annoncer que l'explosion de la zone euro et le scénario catastrophe que nous venons de décrire nous apparaissent inévitables. Avouons que cela serait vraiment dommage...

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • serusiel le vendredi 19 aout 2011 à 22:57

    Les archètypes ont quand mmême la vie dure ! Penser que tout cela peut se poursuivre avec les mêmes dirigeants qu'hier est ahurrissant
    Ce n'est pas une évolution qu'il faut mais une VRAIE REVOLUTION