L'édito de la semaine : "Des marchés actions bien orientés, malgré l'absence d'investisseurs" (François Chaulet)

le
0
Malgré les craintes sur les dette européennes, les moteurs de valorisation des marchés actions sont au rendez-vous pour un rebond du Cac 40 vers 3.960 points estime François Chaulet, directeur général de Montségur Finance.

L'indice français des 40 principales valeurs demeure, en tendance, sur le chemin qui lui permettrait de rattraper le retard accumulé face aux autres indices internationaux. Malgré le repli de ces derniers jours, lié au retour des craintes portant sur l'endettement européen, l'indice CAC 40 s'est maintenu au-dessus du support technique des 3.750 points. Il pourrait désormais s'orienter de nouveau vers ses récents points hauts de 3.960 points, des niveaux oubliés depuis fin avril. La configuration technique est ouverte vers un retour en territoire positif, et la volatilité caractéristique des périodes de crise s'éloigne pour retrouver les niveaux d'avant crise (indice VIX autour de 20 contre près de 90 au plus fort des turbulences).

Cependant, il manque toujours des acheteurs sur le marché. Les fonds de pension américains poursuivent leurs ventes d'actions, qui ne représentent plus que 30 % des actifs contre 48% en 2005. Les institutionnels et assureurs européens suivent le pas, contraints par les normes issues de Solvency II pour les assureurs et de Bâle pour les banques.

En France les investisseurs eux aussi continuent à bouder les actions comme en témoignent les chiffres publiés par Europerformance sur l'évolution des encours des OPCVM distribués en France. L'encours global de 840 milliards d'euros se répartit entre Trésorerie (43 %), Obligations (9,4 %), Diversifiés (15,6 %), Alternatifs et Fonds à formules (9 %) et Actions (22,9 % ou 192 milliards). Après une décollecte de 3 milliards d'euros au second trimestre, les fonds Actions ont encore subi des retraits, plus mesurés, de 700 millions d'euros au troisième trimestre. Mais le montant masque une forte décollecte sur les fonds actions françaises et européennes de 2 milliards, compensée par une collecte sur les fonds Actions Internationales et Actions des Marchés Emergents.

Pourtant, les autres moteurs de valorisation des marchés sont au rendez-vous. Le contexte macroéconomique reste nuancé mais le spectre d'une nouvelle récession s'est éloigné. Les entreprises poursuivent leur retour à la profitabilité et devraient parvenir à retrouver un rythme trimestriel proche des records de 2007. Les opérations financières se multiplient, y compris dans des secteurs dont les valorisations battent des records à l'image du Luxe.

Malgré un surcroît possible de volatilité, nous conservons notre stratégie d'investissement proche des niveaux maximum pour nos fonds. Le retour à un fonctionnement plus normal des marchés nous permet de générer des performances supérieures aux indices, validant nos choix et arbitrages de valeurs et de secteurs économiques.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant