L'édition ouvre la page du numérique

le
0
L'irruption du numérique bouleverse un secteur très solide.

Indigné, Frédéric Mitterrand a dénoncé jeudi, à l'inauguration du 31e Salon du livre, les perquisitions menées au début du mois par les services européens de la concurrence chez cinq éditeurs français (dont Hachette ou Gallimard), suspectés de pratiques anticoncurrentielles sur le prix des livres numériques. Le ministre de la Culture a fait part de son «étonnement devant la disproportion des moyens employés, alors que le marché du livre numérique est tout juste naissant».

Jusqu'à présent, le marché du livre a bien résisté en France. Bon an mal an, il fluctue à la hausse ou à la baisse de 1% à 3%. Plus gros que le marché du cinéma (3 milliards d'euros) ou de la musique (817 millions), il a pesé 4,19 milliards l'an passé, en recul de 0,5%, selon GfK, mais après une année 2009 exceptionnelle grâce au best-seller de Stephenie Meyer, Twilight (2,9 mil­­lions d'exemplaires). Chaque année, les éditeurs font la moitié de leur chiffre d'affaires avec

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant