L'éditeur de Pokemon Go est devenu une référence

le
0
L'éditeur de Pokemon Go est devenu une référence
L'éditeur de Pokemon Go est devenu une référence

Avec le succès retentissant de Pokemon Go, l'éditeur de jeux vidéo pour mobile Niantic a imposé la réalité augmentée comme un segment à part entière, estime son fondateur, John Hanke, invité au Congrès mondial des télécoms (MWC) de Barcelone.Question: quelles sont les clefs du succès de Pokemon Go en 2016 ?Réponse: Les premiers jours, les téléchargements ont été 10 à 15 fois plus nombreux que ce que nous avions anticipé. Nous avons énormément travaillé avec Google (ancienne maison mère de Niantic) pour ajouter des serveurs afin d'y faire face et cela s'est bien passé, il y a eu au final uniquement quelques problèmes de connexion aux serveurs et ça n'a pas duré.Je pense que, au-delà de l'aspect Pokemon, notre jeu a fonctionné car ce n'est pas un jeu violent, c'est un jeu positif, qui permet aux gens de se sentir heureux. C'était en été, les gens voulaient sans doute des choses positives, quelque chose de nouveau. Nous avons notamment une part très importante de femmes parmi les joueurs.Et puis le fait de marcher notamment pour jouer, de sortir, cela enclenche des mécanismes biologiques qui font qu'en fin de journée, vous vous sentez bien, vous savez que c'est bon pour vous, cela influence le fait de vouloir continuer à jouer.Question: La réalité augmentée s'est imposée comme la nouvelle tendance du jeu sur mobile?Réponse: Je pense que la réalité augmentée peut apporter énormément. Nous voyons des copies apparaître notamment, des jeux même qui ressemblent énormément à Pokemon Go. En Chine par exemple, il existe un jeu très similaire, à la simple différence qu'il faut trouver des enveloppes, une pratique très populaire dans ce pays, plutôt que des Pokemon.Toute l'industrie du jeu vidéo ne va pas basculer en réalité augmentée mais je pense que la réalité augmentée sera désormais un segment du marché, nous devons simplement déterminer quelle part (du marché) cela représentera.Mais nous voulions ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant