L'Edhec monte au créneau sur la régulation des CDS

le
0
(NEWSManagers.com) - Dans une lettre ouverte adressée au commissaire européen au Marché intérieur, Michel Barnier, le 15 mars 2010, EDHEC-Risk Institute présente les dangers du projet d' interdiction des ventes " nues" de CDS Souverains. Outre le fait que la divergence avec les autorités américaines sur ces questions laisse peu d' espoir que les mesures soient effectives, EDHEC-Risk Institute estime que cette interdiction poserait de nombreux problèmes et se heurterait à des obstacles juridiques et pratiques qui la rendraient inapplicable voire contreproductive.
Il sera impossible notamment, pour les intermédiaires et au final pour les régulateurs, de vérifier l' existence chez les investisseurs des titres représentatifs du risque supposé être couvert par le CDS. Une stricte obligation de couverture par les CDS des risques des emprunts des états empêcherait par voie de conséquence ces derniers d' émettre de la dette sur des échéances longues car le marché des CDS est peu liquide sur des protections à plus de 10 ans.

Plus préjudiciable encore est le fait qu' une interdiction de vente " nue " définie très strictement empêcherait tous les investisseurs qui financent des investissements publics ou des entreprises qui signent des contrats avec des états ou des entreprises publiques de se couvrir contre le risque de défaillance de leurs contreparties. Au moment où les partenariats publics et le financement privé des infrastructures publiques est décrit comme un des moteurs de la croissance mondiale, la réduction de la capacité à gérer le risque souverain risque au mieux d' en renchérir le coût, au pire d' en fortement ralentir le développement. Enfin, en complexifiant et en rendant plus difficile le marché des couvertures de risque défaut on risque de priver le marché de la dette des états dont les notations ne sont pas bonnes, d' investisseurs et donc de liquidité, ce qui renchérira inévitablement le coût de cette dette.

Ce qui fait dire à l'Edhec que " la bonne régulation du marché des CDS repose sur la transparence et l' organisation centralisée de leur compensation et non pas sur des interdits" . Dans ce domaine, le retard européen doit être souligné : ce sont les infrastructures de marché américaines qui dominent, rappelle l'Edhec. " Les dirigeants français ou allemands, au lieu de dénoncer la main invisible des spéculateurs, devraient peut-être s' entendre rapidement sur la compensation centralisée en euro du marché des CDS" , conclut l'Edhec-Risk Institute.

info NEWSManagers

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant