L'EDHEC étudie l'impact de Solvabilité II sur la gestion obligataire

le
0
(NEWSManagers.com) - Le traitement des risques de marché constituent un des changements majeurs de Solvabilité II. Ces risques représentent un coût de capital additionnel qui doit désormais être intégré dans l' analyse des choix d' investissement des assureurs. Dans une étude intitulée " Les impacts de Solvabilité II sur la gestion obligataire " , l' EDHEC analyse l' impact de la nouvelle régulation prudentielle sur la gestion obligataire des assureurs et s' interroge sur la pertinence du SCR obligataire comme mesure de risque. En outre, les auteurs se sont interrogés sur les conséquences de cette mesure de risque sur la gestion obligataire dans un univers rendement-volatilité-Value-at-Risk-SCR. Enfin, l'étude s'est aussi intéressé à la nouvelle hiérarchie obligataire et les opportunités d' arbitrage engendrées par Solvabilité II.

" Cette étude montre qu' il est possible pour les investisseurs d' avoir une estimation du SCR obligataire à partir uniquement de deux variables, la notation et la maturité résiduelle et que le spread réel de crédit n' est pas fortement corrélé au niveau de SCR du fait du traitement forfaitaire du risque de spread par la formule standard de Solvabilité II (un risque unique est associé à chaque notation sans tenir compte des écarts internes au sein d' une notation)" , relève l'EDHEC dans ses travaux.

" Par ailleurs" , indique l'enquête, " le SCR défini par la formule standard de Solvabilité II est globalement une mesure de risque pertinente pour les obligations à taux fixe mais il ne reflète pas intégralement le risque des obligations investment grade avec de longues maturités, des obligations high yield et des obligations non notées." De plus, la gestion obligataire actuelle basée sur le triplet rendement-volatilité-VaR devrait évoluer sous Solvabilité II, vers une gestion reposant uniquement sur le couple rendement-SCR. Enfin, une analyse de l' efficacité de la prise de risque mesurée par le ratio rendement/SCR obligataire montre que la formule standard favorise les obligations à faible duration, en particulier celles à haut rendement.

L'enquête montre également que la calibration actuelle de Solvabilité II est de nature à inciter les assureurs à se désengager des investissements en obligations à long-terme, notamment de celles dont les notations sont inférieures ou égales à BBB. " Solvabilité II" , avertit l'EDHEC, " pourrait donc tarir une importante source de financement pour les entreprises et ainsi aller à l'encontre des objectifs de croissance et de financement de l' économie" .
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant