L'écrivain algérien Kamel Daoud fait l'objet d'une fatwa

le
6
L'écrivain algérien Kamel Daoud fait l'objet d'une fatwa
L'écrivain algérien Kamel Daoud fait l'objet d'une fatwa

L'écrivain-journaliste algérien Kamel Daoud, finaliste du prix Goncourt 2014, est menacé de mort par des salafistes en Algérie. L'auteur de «Meursault, contre enquête» est victime d'une fatwa lancée par l'imam salafiste Abdelfateh Zaoui Hamadache. Ce dernier estime que Kamel Daoud, de passage sur France 2 dans l'émission de Ruquier «On n'est pas couché», diffusée samedi 13 décembre, «mène une guerre contre Allah, son prophète, le Coran et les valeurs sacrées de l'islam». 

Les intégristes lui reprochent d'avoir critiqué le rapport des musulmans avec leur religion. Ses déclarations sont qualifiées par l'imam salafiste d'«apostasie et dénigrement de l'islam». Depuis, l'auteur et chroniqueur dans un quotidien oranais est la cible d'attaques notamment sur les réseaux sociaux. L'imam salafiste, qui s'en prend à lui, demande, ni plus ni moins, au gouvernement algérien de le condamner et de l'exécuter.

A Alger comme à Paris, cette fatwa soulève une vague d'indignation. Des militants démocrates, des personnalités politiques et des intellectuels se sont élevés contre cet «imam fanatique» et réclament l'intervention de l'Etat. Ils demandent aux autorités algériennes «d'agir avec la plus grande fermeté, selon les textes antiterroristes en vigueur, contre un fanatique qui, non seulement met en danger la vie d'un journaliste, participe à ternir l'image de l'Islam et des musulmans, mais aussi celle de l'Algérie et des Algériens qui ont payé déjà un lourd tribut» durant une décennie noire. Dans les années'90, la guerre civile des Groupes islamiques armés (GIA) face à l'Etat avait fait plus de 200 000 morts et des milliers de disparus.

Le choix «d'un fanatisme plutôt qu'une identité heureuse»

Après avoir annoncé qu'il a porté plainte pour menaces de mort, l'écrivain algérien a répondu mardi soir en écrivant sur Twitter : «Fatwa pour me tuer émise par le mouvement salafiste ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8637171 le jeudi 18 déc 2014 à 17:48

    Il faut mettre en prison à vie tous ces imans qui appellent au meurtre et au jihad plus ou moins explicitement.

  • M8637171 le jeudi 18 déc 2014 à 17:45

    Effectivement si l'état algérien ne met pas en prison cet iman criminel il se rend complice des sectes islamiques.

  • janaliz le jeudi 18 déc 2014 à 17:36

    C'est pire que le Moyen-Age !

  • Gary.83 le jeudi 18 déc 2014 à 17:21

    c'est le moyen-âge cette religion ... j'espère que la licra et autre assoc vont élever la voix

  • M7163258 le jeudi 18 déc 2014 à 16:48

    Bravo M. Daoud et merci pour votre courage. Vous me réconfortez et vous me rappelez les échanges chaleureux et progressistes que j'ai eu avec de nombreux musulmans Algériens, Marocains et Tunisiens dans ma jeunesse...Merci !!!

  • C177571 le jeudi 18 déc 2014 à 16:34

    Faut il interdire Monsieur Daoud de télé,radio,journaux comme Eric Zemour? Qu'en pensent les bien pensant de la LYCRA,Touche pas à mon ..., le Cran qui n'en appas etc...?