L'Ecosse veut interdire la culture d'OGM sur son territoire

le
0
L'Ecosse veut interdire la culture d'OGM sur son territoire
L'Ecosse veut interdire la culture d'OGM sur son territoire

Un « statut vert et propre » : c'est pour conserver cette réputation de l'Ecosse que le ministre aux Affaires rurales, Richard Lochhead, a annoncé ce dimanche 9 août que la culture d'OGM serait désormais interdite dans le pays.

« Nous n'avons pas la preuve que les consommateurs écossais sont demandeurs de produits OGM et je suis inquiet du fait qu'autoriser des cultures OGM en Ecosse puisse porter tort à notre image de pays propre et vert, et puisse ainsi remettre en cause l'avenir d'un secteur de l'alimentation et la boisson qui pèse 14 milliards de livres », a-t-il détaillé.

Les pays peuvent désormais refuser

Depuis janvier 2015, une décision du Parlement européen autorise tout pays de l'Union à s'opposer aux cultures OGM sur son territoire. Pour cela, les pays membres peuvent désormais évoquer des motifs socio-économiques, environnementaux ou d'aménagement du territoire, et ce même si les semences en question ont été validées par Bruxelles.

Dix-sept OGM destinés à l'alimentation humaine ou animale ont obtenu une autorisation d'importation et de commercialisation dans l'Union européenne en avril dernier. Cette autorisation vaut pour 10 ans. 

Le gouvernement britannique est favorable aux cultures OGM mais les questions de politique agricole sont décentralisées. Ces dernières appartiennent donc aux gouvernements autonomes régionaux du pays.

Des cultures génétiquement modifiées pour supporter les pesticides

« Un organisme génétiquement modifié, ou OGM, est une désignation qui s’emploie pour un être vivant dont le génome a été délibérément modifié de main humaine, selon les techniques du génie génétique ou de la sélection artificielle. Le terme est entré dans le vocabulaire courant, dans lequel il désigne principalement des plantes cultivées destinées à l’alimentation animale dont le patrimoine génétique a été modifié dans le but de produire ou de tolérer des pesticides, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant