L'Ecosse rappelle Londres à ses promesses

le
0

PERTH, Ecosse, 14 novembre (Reuters) - L'Ecosse pourrait tenter d'obtenir l'organisation d'un nouveau référendum d'indépendance si Londres ne tient pas ses engagements en matière d'une autonomie accrue, a déclaré vendredi Alex Salmond, qui quitte ses fonctions à la tête du Parti national écossais (SNP). Moins de deux mois après le référendum du 18 septembre, où le "non" à l'indépendance l'a emporté avec un peu plus de 55% des suffrages, Salmond a adressé une mise en garde au Premier ministre britannique, David Cameron. "Que le message envoyé depuis cette salle et depuis ce pays soit très clair: M. le Premier ministre, différez, tergiversez, bloquez ou faites obstacle à ce qui a été promis à l'Ecosse, et l'Ecosse reprendra les choses en mains, des mains démocratiques", a-t-il lancé à la tribune du congrès du SNP, à l'issue duquel il mettra fin à ses fonctions de chef du gouvernement écossais. Dans les jours précédant le vote, alors que les sondages laissaient entrevoir une issue très serrée, les trois principaux partis politiques britanniques, le Parti conservateur, les Libéraux démocrates (associés au sein de la coalition au pouvoir) et le Parti travailliste (opposition), ont promis d'octroyer davantage de pouvoirs aux autorités régionales d'Ecosse. "Si le gang de Westminster revient sur les promesses faites pendant la campagne, il découvrira qu'il n'est pire colère que celle de cette nation lorsqu'on la bafoue", a poursuivi Salmond. A Londres, les partis politiques ont renouvelé leurs promesses et le gouvernement a précisé que l'octroi de pouvoirs élargis serait mis en oeuvre après les prochaines élections législatives, prévues au mois de mai prochain. Depuis le scrutin, les instituts de sondage observent un rebond des indépendantistes parmi l'opinion publique, et ce regain pourrait se traduire lors des élections à venir: alors que le SNP ne dispose que de six élus à la Chambre des communes, il pourrait décrocher au printemps 54 des 59 sièges de députés élus en Ecosse, de quoi devenir le troisième parti au niveau national et le pivot de toute future coalition. "En 2015, les élections à Westminster offrent une véritable possibilité de mettre l'Ecosse aux commandes", a souligné Salmond. (Alistair Smout et Guy Faulconbridge; Henri-Pierre André pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant