L'Ecosse prête à relever le défi

le
0
L'Ecosse prête à relever le défi
L'Ecosse prête à relever le défi

Après des années d'humiliation dans le Tournoi, l'équipe d'Ecosse semble enfin avoir les armes pour inquiéter les meilleures nations. Ce nouveau jeu flamboyant est l'oeuvre d'un homme : Vern Cotter, arrivé en 2014.

Et si la cuillère de bois était de l’histoire ancienne pour l’Ecosse ? Alors qu’il faut remonter à 1999 pour trouver trace d’une victoire écossaise dans le Tournoi, dont l’Italie ne faisait pas encore partie, le XV du Chardon semble pouvoir afficher des ambitions sérieuses cette année. Malgré une édition 2015 ratée (cinq défaites), les Ecossais ont parfaitement relevé la tête lors de la dernière Coupe du monde.

Après une deuxième place obtenue dans le groupe de l’Afrique du Sud, des Samoa, des Etats-Unis et du surprenant Japon, les hommes de Vern Cotter ont eu droit à leur récompense en se frottant en quarts de finale aux Australiens, impressionnants depuis le début de la compétition. Les Ecossais ont touché du bout des doigts le doux rêve d’éliminer les Wallabies. C’était sans compter sur une pénalité très généreuse accordée par Craig Joubert à la dernière minute qui a donné la victoire à l’Australie. Le World Rugby a même jugé cette décision comme une erreur d’arbitrage. Une rencontre perdue d’un rien (34-35) qui laisse à penser que les beaux jours sont de retour pour une sélection écossaise qui doit maintenant confirmer son renouveau.

Vern Cotter, l’homme providentiel ?

L’Ecosse a peut-être pris un tournant important avec l’arrivée de Vern Cotter en 2014. L’ancien technicien clermontois a fait des choix forts, en écartant notamment de la sélection plusieurs « anciens » comme Chris Cusiter, présentant tout de même 70 sélections. L’entraîneur néo-zélandais a modifié le jeu du XV écossais, rendant cette équipe plus joueuse balle en main et surtout plus solide défensivement. Un schéma qui avait d’ailleurs fait du mal au XV de France en match de préparation pour la Coupe du monde l’été dernier (victoire 19-16 sur le fil des Bleus). L’Ecosse peut-elle jouer les trouble-fête ? Début de réponse samedi avec la réception de l’Angleterre.

L’Ecosse dans le Tournoi des VI Nations ces dix dernières années : 

2006 : 3eme (3 victoires, 2 défaites)
2007 : 6eme (1 victoire, 4 défaites)
2008 : 5eme (1 victoire, 4 défaites)
2009 : 5eme (1 victoire, 4 défaites)
2010 : 5eme (1 victoire, 1 nul, 3 défaites)
2011 : 5eme (1 victoire, 4 défaites)
2012 : 6eme (5 défaites)
2013 : 3eme (2 victoires, 3 défaites)
2014 : 5eme (1 victoire, 4 défaites)
2015 : 6eme (5 défaites)

Le groupe de l’Ecosse pour le début du Tournoi : 

Arrières : Hogg (Glasgow), Jackson (Wasps/ANG), Lamont (Glasgow), Maitland (London Irish/ANG), Seymour (Glasgow), Visser (Harlequins/ANG), Bennett (Glasgow), Dunbar (Glasgow), Horne (Glasgow), Scott (Edimbourg), Taylor (Saracens/ANG), Russell (Glasgow), Weir (Glasgow), Hidalgo-Clyne (Edimbourg), Laidlaw (Gloucester/ANG).

Avants : Ashe (Glasgow), Barclay (Scarlets/GAL), Cowan (London Irish/ANG), Denton (Bath/ANG), Fusaro (Glasgow), Hardie (Edimbourg), Strauss (Glasgow), J. Gray (Glasgow), R. Gray (Castres/FRA), Swinson (Glasgow), Toolis (Edimbourg), Dickinson (Edimbourg), Fagerson (Glasgow), Low (Exeter/ANG), Nel (Edimbourg), Reid (Glasgow), Sutherland (Edimbourg), Ford (Edimbourg), MacArthur (Glasgow), McInally (Edimbourg).

Victor Degioanni

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant