L'Écosse pourra émettre ses propres obligations

le
0

À sept mois du référendum sur l'indépendance de l'Écosse, Londres espère contrer les nationalistes en leur offrant une part de souveraineté monétaire.

C'est la douche écossaise. Après l'avoir menacée, la semaine dernière, de la priver de pouvoir continuer à utiliser la livre sterling en cas de vote favorable au référendum sur l'indépendance en septembre prochain, Londres offre cette fois une carotte à Édimbourg. Elle lui accorde la possibilité d'émettre ses propres obligations publiques pour emprunter sur les marchés monétaires internationaux. Dès l'an prochain, si elle choisit de rester au sein du Royaume-Uni, l'Écosse pourra emprunter jusqu'à 2,2 milliards de livres (2,6 milliards d'euros) par an pour financer la construction de routes, d'écoles ou d'hôpitaux.

Rien de révolutionnaire. Des villes américaines, les Länder allemands et certaines collectivités territoriales françaises ont déjà cette faculté. Mais, dans la bataille passionnée sur la questio...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant