L'Ecosse dit non à l'indépendance : soulagement à Londres, Bruxelles et Madrid

le
0
L'Ecosse dit non à l'indépendance : soulagement à Londres, Bruxelles et Madrid
L'Ecosse dit non à l'indépendance : soulagement à Londres, Bruxelles et Madrid

C'est un «ouf» de soulagement que poussent ce vendredi matin les dirigeants européens ainsi que le monde des affaires après la victoire du «non» à l'indépendance de l'Ecosse. Les électeurs écossais ont en effet rejeté l'indépendance par 55,3% des voix, à l'issue d'un référendum marqué par une participation massive, suscitant la joie du camp du «non» ou la profonde déception des partisans du «oui».

De concert, les dirigeants européens ont salué une «bonne décision». «Ce résultat est bon pour l'Europe unie, ouverte et plus forte que soutient la Commission européenne» s'est félicité le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, estimant que lors du débat sur ce référendum, «l'engagement européen» n'a eu de cesse d'être réaffirmé. Plus tôt, le président du Parlement européen, Martin Schulz a lui aussi salué le triomphe de l'unité. «J'avoue : le résultat me soulage», confiait-il sur les ondes d'une radio allemande. 

Barack Obama, qui s'était positionné en faveur du «non» a lui aussi salué la victoire du non et la façon dont ses habitants ont mené «de manière dynamique» cet exercice de démocratie. «A travers des débats et des discussions passionnées mais pacifiques, ils ont rappelé au monde les énormes contributions de l'Ecosse au Royaume-Uni et au monde et se sont exprimés en faveur du maintien de l'Ecosse dans le Royaume-Uni», a déclaré le président américain dans un communiqué.

La City respire mieux

Dans le quartier d'affaires de la City, à Londres, on respirait également mieux ce vendredi matin. Après avoir craint le pire, la Bourse de Londres est repartie à la hausse en milieu de matinée. La Livre a même atteint son plus haut niveau en deux ans face à l'euro et les taux des obligations britanniques augmentaient, signe d'un retour de la confiance des investisseurs. «C'est le soulagement qui domine sur les marchés britanniques», résume un ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant