L'économie traditionnelle bousculée par les "jeunes pousses" de l'internet

le
0
L'économie traditionnelle bousculée par les "jeunes pousses" de l'internet
L'économie traditionnelle bousculée par les "jeunes pousses" de l'internet

Transports, hôtellerie, culture, finance...plus aucun secteur n'est épargné. Les plateformes offrant en ligne des biens ou des services à la personne, se développent à une vitesse fulgurante bousculant les repères sociaux et ouvrant la voie à un nouveau modèle économique. Uber et Blablacar dans le transport, AirBNB dans l?hôtellerie, Deezer, Spotify ou Dailymotion dans la musique ou la vidéo, Kisskissbankbank ou Lendingclub dans la finance...les "jeunes pousses" de l'internet (start up) montent en puissance grâce aux effets de réseaux prenant de court les acteurs traditionnels de l'économie par une concurrence féroce qui pourrait menacer leur survie."Ce qui était l'économie traditionnelle -- à savoir des chaînes de production assez stables, des canaux de distribution, des modèles de prix assez stables -- est remis en cause dans toutes ses dimensions", explique à l'AFP Pierre-Jean Benghozi, professeur à Polytechnique, spécialiste de l'économie de l'internet.Ces plateformes qui servent d'intermédiaires entre une offre et une demande de biens ou de services se développent à grande vitesse contournant les règlementations fiscales et sociales et faisant trembler la vieille économie.Pour qualifier ce phénomène, les médias ont adopté le terme d'"ubérisation" -- en référence à la société américaine Uber devenue le numéro un mondial de la mise en relation avec des voitures de transport avec chauffeur (VTC) -- mis en vogue fin 2014 par le patron du groupe publicitaire Publicis Maurice Levy."Le mouvement est irréversible. Demain une entreprise qui était leader sur son marché va se faire évincer par une autre entreprise qui n'emploiera personne et fera appel à des travailleurs indépendants", prévient Nicolas Colin, associé-fondateur de TheFamily, un site d'investissement dans les entreprises du numérique.La plupart des experts s'accordent sur l'impératif d'une réglementation adaptée à ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant