L'économie tourne la page des crises américaine et européenne

le
1
La Bourse de Francfort. (© DR)
La Bourse de Francfort. (© DR)

On peut regretter la mollesse de la reprise européenne, mais force est de constater qu’elle s’inscrit dans la durée et qu’elle diffuse aux perspectives bénéficiaires : la zone euro a définitivement tourné la page de la crise. Même constat aux Etats-Unis où les prix de l’immobilier retrouvent les points hauts de 2006 ne laissant plus en théorie d’Américains débiteurs nets, ce qui devrait contribuer à consolider la croissance et désinhiber la Fed.

La reprise européenne s’inscrit dans la durée et diffuse au consensus

A défaut d’une accélération, PMI de Markit et le sentiment économique d’Eurostat confirment en septembre la pérennité de la reprise européenne autour de 1,5%. Forte de la convergence des déficits publics dans la zone des 3%, la politique budgétaire a cessé d’être un frein. Par ailleurs, la politique monétaire fonctionne au moins pour les ménages.

En écho, les perspectives bénéficiaires des actions européennes confirment leur remontée, pour la 1ère fois depuis la crise si l’on excepte le rattrapage de 2009-2010 et les dividendes de la hausse du dollar du 1er semestre 2015.

Pour autant, il n’est pas certain que les actions en profitent directement. Comme dans toutes les reprises, 1994 ou 2004, la remontée des bénéfices est mise à profit pour normaliser les valorisations. A 16,5 fois les résultats futurs, notre indice retraité est historiquement cher (le

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • raf62 il y a 2 mois

    ah bon 8% de chômage et dettes abyssales dans les pays riches.......