L'économie japonaise trébuche au 2e trimestre

le
1
L'ÉCONOMIE JAPONAISE TRÉBUCHE AU 2E TRIMESTRE
L'ÉCONOMIE JAPONAISE TRÉBUCHE AU 2E TRIMESTRE

par Stanley White et Leika Kihara

TOKYO (Reuters) - L'économie japonaise a crû de 0,3% entre avril et juin, moitié moins que prévu, soulevant des doutes sur la solidité de la reprise économique alors que les dépenses des consommateurs ralentissent et que la crise de la dette en Europe pèse sur la demande mondiale.

Les chiffres publiés lundi ont mis en évidence un ralentissement de l'économie mondiale, nourrissant les espoirs d'une action des banques centrales pour soutenir la croissance.

Les économistes s'attendaient à ce que la croissance du Japon atteigne 0,6% au deuxième trimestre, après une vive progression de 1,6% sur les trois premiers mois de l'année qui avait été portée par la plus forte hausse de la consommation privée en trois ans.

Mais la consommation privée a depuis ralenti plus que prévu et les exportations, un élément essentiel de la croissance nippone, ont coûté un point de pourcentage au produit intérieur brut (PIB) du deuxième trimestre.

"Alors que la demande intérieure s'affaiblit et que les exportations vont probablement ralentir en raison des problèmes de la dette en Europe, il existe une possibilité pour que l'économie japonaise revienne à une période d'accalmie entre juillet et septembre", a estimé Yuichi Kodama, économiste en chef chez Meiji Yasuda Life Insurance.

PERSPECTIVES ASSOMBRIES

Les responsables politiques s'attendent à ce que les dépenses de reconstruction après le tremblement de terre et le tsunami de mars 2011 soutiennent l'activité économique jusqu'au début de 2013.

Mais le ralentissement de l'économie mondiale et le renchérissement du yen suscitent des inquiétudes croissantes dans les milieux d'affaires et politiques sur les perspectives des exportations, qui montrent déjà des signes de faiblesse.

La semaine dernière, le gouverneur de la Banque du Japon (BoJ) Masaaki Shirakawa a ainsi prévenu que les retombées de la crise de la dette en Europe se faisaient sentir de plus en plus nettement avec le risque que cela retarde la reprise de la demande pour les produits japonais dans des marchés cruciaux comme la Chine et les Etats-Unis.

Les analystes ont nettement réduit leurs prévisions pour la production industrielle du Japon, qui est étroitement liée aux exportations, en raison du ralentissement de l'économie mondiale.

"La crise des dettes souveraines en Europe demeure un risque important pour le Japon et l'économie mondiale", a commenté Tatsushi Shikano, économiste chez Mitsubishi UFJ Stanley Securities.

"La Banque du Japon va probablement adopter une position attentiste mais pourrait agir de nouveau le mois prochain si les turbulences financières et de nouvelles mesures d'assouplissement monétaire de la Réserve fédérale américaine entraînent une hausse du yen, menaçant les résultats des sociétés exportatrices et les perspectives de reprise économique", a ajouté l'économiste.

Blandine Hénault pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8043631 le lundi 13 aout 2012 à 09:23

    La hausse du yen responsable? Mais qui achète du yen de ce pays hyper endetté et le tremblement de terre ne devait-il pas relancer cette économie qui s'effondre car il n'y a plus que des vieux? Le blabla des économistes nous endort.

Partenaires Taux