L'économie française en panne de croissance

le
2
INFOGRAPHIE - Selon l'Insee, les troisième et quatrième trimestres 2012 devraient être marqués par une stagnation du PIB, après déjà trois trimestres à 0%.

Est-ce une consolation de se dire que l'on a échappé à la récession en 2012? Si l'on considère le verre à moitié plein, c'est une bonne nouvelle, sachant que le reste de la zone euro a plongé depuis plusieurs mois. Mais les chiffres publiés jeudi par l'Insee, qui font état d'une croissance française nulle sur les quatre trimestres de l'année, ont quand même de quoi inquiéter...

Si les prévisions de l'Institut national de la statistique devaient se confirmer, l'économie française terminerait donc l'année aussi atone qu'elle l'a commencé. À l'arrêt (voir graphique). Au total, compte tenu de «l'acquis de croissance» de la fin de 2011, pris en compte pour le calcul de la croissance de 2012, cette dernière devrait s'établir à 0,2 %, alors que le gouvernement prévoit 0,3 %.

Baisse du pouvoir d'achat

La France ne pourra compter sur aucun ressort pour assurer un rebond de l'activité économique d'ici à la fin d'année. La consommation des ménages, pénalisée p

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4189758 le vendredi 5 oct 2012 à 08:55

    JPi - Entre TVA et CGS et taxe en tout genre il y a, messieurs dames les polis tiques, une possibilité de réduction drastique des dépenses de l'état France. Première réduction : la retraite à 65 ans. Deuxième réduction : le plafonnement des + hautes retraites. Troisième réduction : le nombre de fonctionnaires. Pour la compétitivité il y a les 40 h de travail (travail) par semaine. Voyez ! On peut ne pas augmenter les impôts en cassant la croissance et y arriver quand même. Olé !

  • M4189758 le vendredi 5 oct 2012 à 08:53

    JPi- Pour les français la croissance c'est garder les 35h00 semaine, la retraite à 60 ans et le cumul des retraites des polis tiques et des autres, augmenter le nombre de fonctionnaires : c’est maintenir l'augmentation annuelle de son endettement. Cette croissance serait soutenue par des emprunts payés par les autres états de l’UE : les euro bonds. La rigueur ce serait mettre ces choix en cause.