L'économie américaine fait chuter le CAC 40

le
0

(AOF) - Incertains une bonne partie de la séance, les principaux marchés actions européens ont creusé leurs pertes en fin de journée dans le sillage de Wall Street et du brusque rebond de l'euro. Le CAC 40, qui était en légère hausse en milieu d'après-midi, a finalement clôturé en baisse de 1,33% à 4 226,96 points. L'Euro Stoxx a abandonné, lui, 1,86% à 2 896,80 points. Aux Etats-Unis également, l'heure est à la prudence : le Dow Jones perd 0,18% et le Nasdaq 1,06%.

Alors que les marchés européens se cherchaient une tendance depuis l'ouverture, ils ont baissé après la publication d'un ISM des services inférieur aux attentes aux Etats-Unis pour janvier. Cet indice, qui mesure la croissance de l'activité américaine dans les services, est ressorti à 53,6 en janvier contre un consensus de 55,1 et après 55,8 en décembre. Pour les économistes, cette contreperformance témoigne de l'impact plus marqué qu'attendu du ralentissement asiatique sur l'économie américaine.

Or, si ce constat se confirme, la Fed n'aurait d'autre choix que de mettre entre parenthèses son programme de durcissement progressif de sa politique monétaire. Un scénario d'ores et déjà pris en compte par les cambistes puisque, dans le sillage de l'ISM, le dollar a brusquement chuté de plus de 1% pour s'échanger à 1,1061 dollar pour un euro, au plus bas depuis près de quatre mois.

Cet accès de faiblesse du dollar face à l'euro a ravivé les craintes concernant la compétitivité des entreprises européennes. Dans un environnement économique difficile, la faiblesse de la monnaie unique constitue en effet l'un des principaux atouts des groupes du Vieux-Continent.

Dans ce contexte morose, les investisseurs n'ont pas fait grand cas, une fois n'est pas coutume, d'un rebond du pétrole (+3,18% pour le baril de WTI vers 17h) causé par des rachats à bon compte.

A la Bourse de Paris, les valeurs financières ont poursuivi leur repli, toujours pénalisées par les doutes concernant la solidité des bilans des établissements italiens. Axa a perdu 4,92%, Crédit Agricole, 3,44% et Société Générale, 2,99%.

Le luxe a en revanche brillé grâce aux résultats 2015 très solides du leader mondial du secteur, LVMH. Le titre du groupe de Bernard Arnault a bondi de 4,51%, permettant à Kering (-0,13%) et surtout Hermès (+2,73%), d'échapper au repli du marché parisien.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant