L'école 42 de Xavier Niel forme des "superstars de l'informatique"

le
0
L'école 42 de Xavier Niel forme des "superstars de l'informatique"
L'école 42 de Xavier Niel forme des "superstars de l'informatique"

"Apprendre en faisant", telle pourrait être la devise de l'école 42, créée il y a un an par Xavier Niel, qui souhaite "former les Bill Gates de demain" dans son établissement parisien, aux antipodes du système éducatif français.Le patron de l'opérateur Free et 9e fortune de France, a investi plus de 60 millions d'euros pour créer une école informatique, qui accueille gratuitement près de 1.700 élèves.Situé dans le XVIIe arrondissement de Paris, le bâtiment de 4.200 m2, dont les murs sont décorés d??uvres de "street art", ressemble à une start-up avec son architecture moderne et épurée.Le but de Xavier Niel ? Pallier le manque de développeurs informatiques et "sortir près de 1.000 jeunes par an de la galère en leur donnant les outils pour devenir des superstars de l'informatique", explique-t-il à l'AFP, tout sourire devant ses étudiants. Près de 25% des élèves n'ont pas le bac, comme Adrien, 29 ans, vêtu d'un pantalon troué et d'un pull à capuche, qui a "décroché du système scolaire en première" mais a "toujours rêvé de reprendre des études".L'école est ouverte 7 jours sur 7 et 24 h/24. Elle se répartit sur trois grandes salles, les "clusters", où les étudiants travaillent dans une atmosphère décontractée et organisent leur emploi du temps comme ils le souhaitent. Ici, pas de pions, de cours théoriques, ni de professeurs, mais une équipe pédagogique de 40 personnes, réunie dans le "bocal", grande pièce en verre, qui dispose "même de matelas pour faire une sieste", ironise Xavier Niel, que tous saluent avec simplicité.Des rires fusent de la salle de jeux vidéos tandis qu'un groupe discute au calme sur la terrasse de la cafétéria aux chaises colorées. "Nous ne sommes pas là pour transmettre du savoir, les étudiants apprennent à coder tout seuls, en faisant des erreurs", insiste Kwame Yamgnane, le directeur ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant