L'eau, nouvelle arme des djihadistes en Irak

le , mis à jour à 16:39
0

BAGDAD, 3 juin (Reuters) - Les djihadistes de l'Etat islamique (EI) ont partiellement fermé les vannes d'un barrage sur l'Euphrate à l'ouest de Bagdad, ce qui a fait baisser le niveau du fleuve et leur donne une plus grande liberté de mouvement pour attaquer les forces gouvernementales sur la rive sud dans la région de Ramadi, rapportent des responsables locaux. Cette initiative menace à terme de priver d'eau les provinces méridionales de l'Irak, où le niveau de l'eau a baissé de façon inquiétante. Un porte-parole du gouverneur de la province d'Anbar, dont Ramadi est le chef-lieu, a déclaré que les forces de sécurité devaient maintenant se redéployer le long du fleuve pour empêcher les incursions des djihadistes. "Auparavant, il suffisait de surveiller les ponts et certains secteurs mais aujourd'hui tout le fleuve est guéable dans cette zone", a dit Hikmat Souleïmane. Le conseil provincial d'Anbar s'est réuni mercredi pour examiner les mesures à prendre. L'un de ses membres, Taha Abdoul Ghani, a proposé de bombarder le barrage pour permettre à l'eau de couler de nouveau normalement. L'été dernier, les hommes de l'EI avaient pris le contrôle du barrage de Mossoul, dans le nord du pays, et avaient menacé de provoquer des inondations à Bagdad mais les forces kurdes, appuyées par les avions de la coalition internationale, avaient réussi à les repousser. (Bureau de Bagdad, Guy Kerivel pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant