L'e-éducation, nouvel eldorado des applications mobiles

le
0
L'e-éducation, nouvel eldorado des applications mobiles
L'e-éducation, nouvel eldorado des applications mobiles

Alors que la révolution numérique bouscule la pédagogie traditionnelle, des start-up espèrent surfer sur le marché prometteur de l'e-éducation pour évincer les éditeurs traditionnels de manuels scolaires, sans toutefois avoir encore trouvé le modèle économique miracle pour rafler la mise.Plus besoin de professeurs ni de salles de cours, une application mobile suffit désormais pour réviser ses leçons. Inspirés par le succès des pionniers étrangers comme l'américain Khan Academy, qui a su exploiter l'ergonomie des tablettes numériques pour révolutionner l'apprentissage des mathématiques, des dizaines de start-up françaises rivalisent d'innovations pour répondre à cette demande croissante de nouveaux contenus éducatifs."Nous avions la volonté de rompre avec la méthode de pédagogie traditionnelle: +Je fais la leçon et après je fais les exercices pour valider la compétence+. Cela marchait peut-être à l'époque de Jules Ferry mais ce n'est plus du tout approprié pour la génération Google", explique à l'AFP Jérôme Serre, co-fondateur d'EduPad, qui mise plutôt sur les vidéos courtes ou les mécaniques du jeu-vidéo pour mieux "capter l'attention de l'enfant".Et la formule fonctionne. Avec son catalogue de 160 applis iTooch à destination des élèves du primaire au collège et commercialisées à 4,99 euros, Edupad a enregistré une croissance de 50%, essentiellement grâce aux États-Unis où il a réalisé 70% de son chiffre d'affaires estimé à 500.000 euros.Un temps désarçonnés par l'irruption des "pure-players", les acteurs traditionnels comme les éditeurs de manuels scolaires, ont mis en place des cellules de recherche et développement consacrées au numérique à l'image d'Editis (Nathan, Bordas) pour ne pas laisser ce segment porteur être monopolisé par les jeunes pousses de l'internet.De fait, le marché de l'e-éducation est plein de promesses. Selon une enquête réalisée par le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant