L'avion Solar Impulse 2 s'apprête à boucler un tour du monde historique

le
0
L'avion Solar Impulse 2 s'apprête à boucler un tour du monde historique
L'avion Solar Impulse 2 s'apprête à boucler un tour du monde historique

Solar Impulse 2 (SI2) approchait lundi d'Abou Dhabi, où cet avion capable de voler jour et nuit avec l'énergie solaire comme unique carburant doit boucler un tour du monde sans précédent, défi technologique autant qu'humain.Piloté par le Suisse Bertrand Piccard, l'appareil doit atterrir -sauf incident- mardi à l'aube à l'aéroport Al-Bateen, près de la capitale des Emirats arabes unis, d'où il était parti le 9 mars 2015 pour un périple de plus de 42.000 kilomètres, à travers quatre continents, effectué sans une goutte de carburant.Solar Impulse devait atterrir vers 04H00 locales (00H00 GMT) mardi à Abou Dhabi, selon les dernières informations données par les organisateurs de cette expédition destinée à promouvoir l'usage des énergies renouvelables.Aux alentours de 19H00 GMT lundi, l'avion avait parcouru 2.500 km en 44 heures depuis son départ avant l'aube dimanche du Caire. Il survolait le Golfe après avoir traversé les vastes étendues du désert saoudien.Bertrand Piccard, 58 ans, et son compatriote André Borschberg, 63 ans, qui se sont relayés aux commandes du monoplace, doivent faire le point de leur expérience au cours d'une conférence de presse organisée par les responsables de Masdar, la cité écologique en construction dans l'émirat pétrolier d'Abou Dhabi, et l'un des parrains du projet.Pesant 1,5 tonne mais aussi large qu'un Boeing 747, le SI2 a volé à une vitesse moyenne d'environ 80 km/h grâce à des batteries qui emmagasinent l'énergie solaire captée par quelque 17.000 cellules photovoltaïques sur ses ailes."J'ai lancé le projet @solarimpulse en 2003 pour transmettre le message que les technologies propres peuvent réaliser l'impossible", a rappelé M. Piccard dans un tweet.Il est sur le point de réaliser son rêve. Mais il a mis du temps: la circonvolution, à plus de 8.500 mètres d'altitude au maximum, aura duré plus d'un an et quatre mois. Elle était prévue au départ pour durer cinq mois, dont 25 ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant