L'avion solaire Solar Impulse a achevé sa périlleuse traversée du Pacifique

le
0
"Solar Impulse" à son arrivée dans la baie de San Francisco.
"Solar Impulse" à son arrivée dans la baie de San Francisco.

Parti jeudi de Hawaï, l’avion solaire a atterri dimanche en Californie, poursuivant son tour du monde utilisant uniquement l’énergie solaire.

C’était la partie la plus dangereuse du tour du monde propulsé par l’énergie solaire entamé en mars 2015 par Solar Impulse. L’avion solaire a atterri dimanche 24 avril au sud de San Francisco, terminant sans encombres la traversée – risquée car sans possibilité d’atterrissage en cas d’urgence – du Pacifique.

« C’est l’une des expériences les plus époustouflantes que j’aie jamais vécues », a lancé le pilote suisse Bertrand Piccard à sa descente d’avion, se réjouissant « d’être en Californie, la terre des pionniers ». Solar Impulse était parti jeudi de l’archipel américain de Hawaï, au milieu du Pacifique, où il avait dû faire plusieurs mois d’escale technique pour réparer les batteries endommagées par une chaleur excessive pendant la traversée depuis le Japon.

Le vol d’une soixantaine d’heures représentait un « défi » technique pour le pilote, car l’appareil, d’une envergure équivalente à celles des plus gros avions commerciaux (63,4 mètres) pour un poids de seulement 1,5 tonne (poids d’une fourgonnette), est « très sensible aux turbulences ».

Maintenir « l’esprit pionnier » Accueilli notamment le cofondateur de Google, Sergey Brin, le pilote suisse, qui se relaie aux commandes de Solar Impulse avec son compatriote André Borschberg depuis le début de leur tour du monde, a appelé à continuer l’« esprit pionnier et l’innovation » , réitérant sa conviction que « dans 10 ans, des avions électriques pourront transporter une cinquantaine de personnes ».

Le SI2, appareil ex...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant