L'avion d'Amelia Earhart en passe d'être retrouvé, après 77 ans de mystère

le
1
L'avion d'Amelia Earhart en passe d'être retrouvé, après 77 ans de mystère
L'avion d'Amelia Earhart en passe d'être retrouvé, après 77 ans de mystère

L'une des plus grandes énigmes de l'histoire de l'aviation est-elle en passe d'être résolue? Les chercheurs qui sont sur la trace de l'aviatrice Amelia Earhart, disparue dans le Pacifique dans les années 1930, ont acquis la quasi-certitude qu'une pièce d'aluminium trouvée sur une plage de cet océan provient bel et bien de son avion.

Première femme à avoir traversé l'Atlantique seule aux commandes d'un avion, Amelia Earhart a voulu en 1937 faire le tour du monde sur son Lockeed Electra. Elle volait près de l'Equateur quand elle et son navigateur Fred Noonan ont disparu le 2 juillet sans laisser de trace, aux environs de l'île Howland, sur laquelle une petite piste avait été spécialement aménagée pour permettre à l'aviatrice de faire une escale entre la Nouvelle-Guinée et Hawaï. Les gardes-côtes américains avaient pourtant envoyé dans la zone un navire, l'Itaca, muni d'une radio afin de guider le navigateur. Mais si l'Itaca n'a jamais vu ni entendu l'avion, il a en revanche reçu quelques ultimes messages de Fred Noonan, perdu dans le ciel non loin de là : « Nous devrions être au-dessus de vous, mais nous ne vous voyons pas. Le carburant commence à baisser »

Une feuille d'aluminium

La récente découverte concerne un gros morceau d'aluminium trouvé en 1991 sur l'atoll de Nikumaroro dans les îles Kiribati. Selon les dernières expertises réalisées par l'International Group for Historic Aircraft Recover, (TIGHAR), un groupe chargé de retrouver des avions disparus, cette pièce pourrait correspondre à une plaque mesurant 48 centimètres par 58 qui avait été installée à la place d'une fenêtre de l'avion lors d'une escale en Floride (sud-est) au début de leur voyage. Les chercheurs parlent à l'heure actuelle de «forte probabilité». Pour l'authentifier, ils se basent sur le caractère totalement unique de la pièce construite sur mesure pour l'avion de l'exploratrice. «Que ce soit par ses dimensions, la matière ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • pvza le mercredi 5 nov 2014 à 14:44

    C'est bien : retrouver un avion qui a disparu en 1937. Mais qu'en est il de celui disparu en 2014....