L'avion d'Air Algérie retrouvé par un drone Reaper de l'armée française

le
0
L'avion d'Air Algérie retrouvé par un drone Reaper de l'armée française
L'avion d'Air Algérie retrouvé par un drone Reaper de l'armée française

Si deux Mirage 2000, basés à N'Djamena et Niamey ont participé aux recherches de l'épave du vol AH 5017 d'Air Algérie qui s'est écrasé dans le Nord Mali, c'est un drone de l'armée française qui a retrouvé l'appareil ce vendredi matin. L'accident s'est produit dans la zone de Gossi à environ 100 km au sud-ouest de Gao, la plus grande ville du nord du Mali.

Achetés à l'américain General Atomics en 2013, deux drones MQ-9 Reaper (faucheuse en français) sont entrés en action depuis mi-janvier. Installés sur la base aérienne 101 au Niger. Une position stratégique qui permet à ces avions télécommandés de 4 700 kg, 20 m d'envergure avec une autonomie de vol de 24 heures d'effectuer des missions d'observation au Mali. Grâce à un turbopropulseur Honeywell de 900 chevaux, il est capable de voler en vitesse de croisière à 350 km/h. Sous la responsabilité de l'escadron 1-33 Belfort, six pilotes français ont été formés aux Etats-Unis.

VIDEO. L'édito du Parisien. «Evitons la psychose de l'avion»

Les Reaper recueillent des données filmées, mais ne sont pas armés

Ces appareils sont pilotés à distance par un système de guidage. Ils sont exclusivement dédiés à des missions de reconnaissance, contrairement à ceux de l'armée américaine qui sont armés. L'objectif est de recueillir des données filmées qui sont analysées directement par les militaires sur le terrain, mais aussi en France.

Rapidement, les Reaper ont trouvé leur place au sein de l'armée de l'air. Fin avril, plus 700 heures de vol avaient été totalisées dans la région du Sahel. En mars, une importante opération antiterroriste avait été menée dans la région d'Adrar au Mali. Grâce à des résolutions optiques très fines, le Reaper avait permis de repérer des jihadistes en train de manipuler des lance-roquettes autour d'une cache d'armes. Des Mirage 2000 du dispositif Epervier, en place à N'djamena au Tchad, et des hélicoptères Tigre ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant