L'aventure solitaire de Manuel Valls ?

le
0
L'aventure solitaire de Manuel Valls ?
L'aventure solitaire de Manuel Valls ?

Manuel Valls, combien de divisions ? La question, en elle-même, divise au PS. « Il a intérêt à ne pas se compter car il ne pèse rien, assure carrément un membre de la direction du parti. Comme il n'a jamais voulu structurer un courant ou un groupe, il ne peut compter que sur une poignée de fidèles, et encore. »

 

A lire aussi : Bon gré mal gré, Evry reste derrière Valls

 

Mais d'autres font remarquer que près d'une centaine de parlementaires (pour la plupart députés) se retrouvent le mardi soir autour de l'ancien Premier ministre à l'Assemblée. Parmi ceux-là, on retrouve le gros du bataillon de quelque cent députés qui n'ont pas accordé leur parrainage à Benoît Hamon. De là à dire que tous suivraient le député de l'Essonne dans son aventure intra ou extra-PS, il y a un pas qu'il est prudent de ne pas franchir.

 

« Là-dedans, il y a un peu de tout, des vallsistes, des hollandais ou d'autres encore qui viennent là pour écouter », observe un député pourtant proche de Manuel Valls. « Il n'y a plus de courants structurés comme auparavant. Beaucoup de parlementaires ont de multi-engagements. Pas sûr, donc, qu'avoir un groupe avec soi, cela veuille dire la même chose qu'avant », confirme Gilles Finchelstein, le directeur général de la Fondation Jean Jaurès, proche du PS.

 

Il ne croit plus du tout au PS

 

Mais, au fond, la question vaut-elle vraiment d'être posée ? « Pour l'instant, c'est très compliqué d'y voir clair. Tout va se jouer après la présidentielle », juge un bon spécialiste du PS. Car deux facteurs resteront en suspens jusqu'au scrutin : le score de Benoît Hamon, le candidat du PS, et bien sûr la victoire, ou non, d'Emmanuel Macron. Mais, surtout, la question essentielle est de savoir si Manuel Valls envisage toujours son avenir au sein du PS. Or, sur ce sujet, l'un de ses proches est formel :« Manuel me l'a dit à deux reprises. A la différence de Le Foll, il ne croit ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant