L'aventure Carmat, fabrique d'un c?ur français de A à Z

le
0
Le professeur Alain Carpentier s'est battu jusqu'au bout pour que l'implantation du c?ur artificiel se fasse dans un hôpital de l'Hexagone et non pas à l'étranger.

Le premier c½ur 100 % artificiel a été implanté dans l'hôpital parisien Georges Pompidou. De quoi réjouir son créateur, le Pr Alain Carpentier qui, aujourd'hui âgé de 80 ans, en rêvait depuis vingt ans. Mais il s'en est fallu de peu. Les autorités françaises ont tellement tardé à autoriser les premiers essais que Carmat avait fini par se tourner vers des hôpitaux étrangers, en Arabie saoudite, Pologne et Belgique, prêts, eux, à se lancer. Ces quatre centres hospitaliers sont habilités pour l'opération, tout comme, en France, le centre chirurgical Marie-Lannelongue, au Plessis-Robinson (Hauts-de-Seine) et le CHU de Nantes (Loire-Atlantique).

Depuis qu'il travaille à son c½ur artificiel, le chirurgien cardiaque a une obsession : que son innovation soit française. Alain Carpentier, hon...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant