L'avenir incertain d'un président qui n'a jamais voulu renoncer

le
0
Laurent Gbagbo pourrait demeurer dans son pays afin d'y être jugé par un tribunal ivoirien. Mais les partisans de Gbagbo, qui a recueilli 45,9% des voix, ne manqueront pas d'accuser Ouattara de cautionner une «justice de vainqueur».

Lundi, l'avenir de Laurent Gbagbo restait incertain. Difficile de l'imaginer reprenant la vie politique, comme certains de ses conseillers paraissent l'envisager. On voit mal Alassane Ouattara acceptant d'être soumis quotidiennement à la pression d'un Gbagbo lui reprochant d'avoir volé son fauteuil. L'exil? Laurent Gagbo garde de nombreux amis dans de grands pays d'Afrique, comme l'Angola ou l'Afrique du Sud. On a même évoqué, ces derniers jours, la possibilité d'une exfiltration de Gbagbo par un hélicoptère basé sur un navire de guerre sud-africain croisant dans les parages. Troisième hypothèse, Laurent Gbagbo pourrait demeurer dans son pays afin d'y être jugé par un tribunal ivoirien. C'est ce qu'affirmait lundi l'ambassadeur de Côte d'Ivoire auprès de l'ONU, Youssoufou Bamba: «Il sera présenté devant la justice pour les crimes qu'il a commis.»

Les juges ivoiriens auront préséance sur la Cour pénale internationale (CPI) qui ne peut pas se substituer aux juridict

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant