L'avenir est aux phablettes!

le
0
L'avenir est aux phablettes!
L'avenir est aux phablettes!

Les oiseaux de mauvaise augure qui pensaient que la phablette ne serait qu'une passade avaient peut-être tort. Le cabinet Juniper Research prévoit que d'ici quatre ans, les ventes pourraient atteindre les 120 millions d'appareils par an.Mais à quoi doit-on la popularité de ces grands téléphones, à affichage de plus de 5,6 pouces? Selon Juniper, cet engouement serait surtout dû à la demande grandissante pour le gaming mobile, du moins en Corée du Sud. Mais il est vrai que la Corée méridionale affiche l'un des réseaux 4G mobiles les plus rapides du monde, permettant aux utilisateurs de télécharger un long-métrage en quelques minutes, même en déplacement.

En Chine, la plupart du gaming n'est pas nomade, la demande en smartphones plus imposants provient donc des possibilités de réaliser plusieurs tâches en même temps qu'offrent ces appareils. Mais comme en Corée, le streaming vidéo prend aussi de l'ampleur en Chine, avec des conséquences logiques sur la taille des écrans.

Samsung peut se targuer d'avoir inventé la toute première phablette avec sa Galaxy Note sortie en 2011. Mais depuis, bon nombre de fabricants se sont intéressés à ce secteur grandissant en proposant aussi des alternatives plus abordables.

Rien qu'en janvier, Sony et HP ont tous deux présenté des phablettes bon marché sans pour autant rogner sur la performance, et d'autres fabricants devraient leur emboîter le pas au cours de l'année.

Des rumeurs laissent entendre que même Samsung préparerait une version "lite" de sa Galaxy Note III, qu'il dévoilerait au Mobile World Congress de Barcelone en février prochain.

Le cabinet Juniper pense donc que le marché des phablettes devrait à l'avenir être dominé par les appareils Android et Windows Phone. Nokia construit des phablettes bas de gamme pour les marchés émergents qui pourraient un jour dépasser ces frontières.

Des rumeurs persistantes évoquent aussi l'arrivée d'une phablette Apple fin 2014, en ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant