L'avenir énergétique du Canada est assuré

le
0
(Commodesk) L'approvisionnement en énergie du Canada est assuré jusqu'à 2035 au moins, où il atteindra même des niveaux record, révèle l'Office national canadien de l'Energie (ONÉ). Son dernier rapport, paru mardi, développe un scénario identifié comme le "plus probable" par l'ONÉ : prix énergétiques et croissance économique "modérés". Même s'il n'exclut pas d'autres cas : prix bas ou élevés et croissance économique rapide ou lente. L'ONÉ tire ainsi plusieurs enseignements. Les combustibles fossiles continueront à dominer les échanges, même si d'autres technologies et combustibles émergents lui raviront quelques parts de marché. La consommation de biocombustibles dans les transports triplera, par exemple, passant de 1,1 aujourd'hui à 3,3% en 2035, l'électricité produite à partir de sources renouvelables atteindra 67%, contre 62. De nouvelles ressources, comme les sables bitumineux, le gaz de schiste et le gaz de réservoir étanche (GRE) permettront d'atteindre des niveaux records d'approvisionnements. La construction de centrales nucléaires viendra également satisfaire une demande en électricité en hausse, même si stabilisée : +1,4% par an de 1990 à 2008, +1,3% depuis. La quantité nette de pétrole brut - disponible à l'exportation - grimpera de plus de 300% à l'horizon 2035, celle d'électricité doublera, le volume de gaz naturel diminuera jusqu'en 2020 (demande intérieure plus forte). Date aussi, à partir de laquelle, la croissance de la production et de la demande sera équivalente.
Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant