L'avenir des drones se trouve-t-il dans la biologie des insectes ?

le
0
L'avenir des drones se trouve-t-il dans la biologie des insectes ?
L'avenir des drones se trouve-t-il dans la biologie des insectes ?

Quand certains imaginent déjà les drones en livreur de pizzas ou en compagnon éclaireur de l'automobiliste, des chercheurs s'inspirent d'insectes comme la mouche ou l'abeille pour leur permettre de gagner leur autonomie."On va très vite arriver aux limites des techniques actuelles, on est condamné à l'innovation", relevait la semaine dernière Stéphane Morelli, secrétaire général de la Fédération professionnelle du drone civil, au cours d'une rencontre consacrée à la science et l'innovation."On parle beaucoup d'utiliser les robots volants dans les villes pour faire des livraisons: aujourd'hui c'est impossible", affirme à l'AFP Adrien Briod, du Laboratoire des Systèmes Intelligents à l'Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL), en Suisse.Les drones sont aujourd'hui dépendants soit d'un opérateur "derrière une télécommande", soit d'une trajectoire programmée par GPS, explique-t-il.Tant qu'ils restent haut dans le ciel, les choses se passent bien. Le défi des drones de demain sera de s'approcher des obstacles... sans risquer la collision en vol. "A l'heure actuelle, c'est toujours extrêmement difficile pour un robot de faire face à un environnement imprévisible, à savoir le monde réel", poursuit le jeune chercheur.Des technologies sont disponibles, mais "ça ne suffit pas", renchérit Stéphane Viollet, directeur de l'équipe de biorobotique à l'Institut des Sciences du Mouvement (ISM) de Marseille. "Il y a encore des mécanismes qu'on n'a pas bien compris pour naviguer plus vite, avec plus de réactivité, de façon autonome".Pour faire avancer l'intelligence des drones, les chercheurs s'efforcent de prendre de la distance avec les capacités humaines, mal adaptées. Pour plusieurs équipes, les insectes constituent un excellent modèle d'inspiration.Mais attention, même si "drone" veut dire "faux bourdon" en anglais, il ne s'agit pas forcément de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant