L'avenir de l'Égypte entre les mains de l'armée

le
0
Le chef d'état-major, Sami Annan, est jugé comme une alternative «acceptable», même par les Frères musulmans.?

L'avenir de l'Égypte est entre ses mains. Avec ses 468.000 hommes, la dixième armée du monde, véritable État dans l'État, a été placée au cœur des événements par le président Hosni Moubarak en personne, qui lui a demandé de restaurer l'ordre à la place de la police. En affirmant lundi qu'elle ne tirerait pas sur la foule et qu'elle jugeait les revendications des manifestants «légitimes», l'armée égyptienne est devenue l'arbitre de la révolution. «Elle a les clés de l'État en mains», analyse Tewfik Aclimandos, spécialiste de l'Égypte et professeur au Collège de France.

En quelques jours, avec une finesse d'analyse et un sens de la modération jugés exceptionnels par les observateurs, l'institution militaire a su consolider le soutien populaire dont elle jouissait depuis le renversement de la monarchie et la révolte des «officiers libres» de Gamal Abdel Nasser en 1952. Devenue le pivot du régime, l'armée a constitué depuis le vivier de tous les présiden

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant