L'avenir d'Assad en Syrie reste une "ligne rouge" pour Téhéran

le
0
    DUBAI, 6 décembre (Reuters) - Un conseiller du guide suprême 
iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, a répété dimanche que 
l'avenir de Bachar al Assad ne pourrait être déterminé que par 
le peuple syrien et que cela constituait une "ligne rouge" pour 
Téhéran. 
    Le sort du président syrien constitue le principal point 
d'achoppement entre grandes puissances mondiales et régionales 
avant le début de nouvelles négociations sous l'égide de l'Onu 
visant à trouver une solution politique au conflit syrien. 
    "Bachar al Assad est la ligne rouge pour la République 
islamique d'Iran parce qu'il a été élu par le peuple syrien", a 
déclaré Ali Akbar Velayati, principal conseiller en matière de 
politique étrangère de l'ayatollah Ali Khamenei. 
    "Le peuple syrien doit décider lui-même de son avenir et 
personne en dehors des frontières de la Syrie ne peut choisir à 
la place du peuple syrien", a-t-il poursuivi. 
    Ali Akbar Velayati a ajouté que l'Iran allait oeuvrer à 
réduire les tensions entre la Turquie et la Russie après la 
destruction d'un avion russe qui serait entré dans l'espace 
aérien turc pendant une mission en Syrie le mois dernier. 
    "Personne n'a intérêt à la montée des tensions dans la 
région. Nous ne devons pas prendre parti pour l'un ou l'autre et 
nous devons de réduire les tensions entre ces deux pays", a-t-il 
dit. 
 
 (Sam Wilkin; Tangi Salaün pour le service français) 
 )
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant