L'avancée des rebelles dans le nord du Mali inquiète

le
0
Des rebelles touareg ont pris le contrôle samedi de la ville de Gao et annoncent dimanche cerner Tombouctou. La junte au pouvoir depuis 10 jours est désormais menacée.

La situation militaire se dégrade rapidement dans le nord du Mali plaçant la junte au pouvoir à Bamako depuis dix jours dans une position extrêmement délicate. Samedi, après la chute de Kidal la veille, les rebelles de Mouvement national pour la libération de l'Azawad (MNLA), une rébellion touareg, étaient entrés dans Gao, la seconde ville du nord-Mali où ils se heurtaient à l'armée malienne. Toute la journée, d'importants combats se sont déroulés dans la périphérie de la cité. Puis, le MNLA, appuyé par les hommes de la milice Ansar Dine, un groupe salafiste dirigé par Iyad ag Ghaly, est parvenu à en prendre le contrôle.

Dimanche matin, les rebelles ont annoncé avoir pris le camp militaire situé à une dizaine de kilomètres au sud-est de Gao. Cette importante caserne sert de centre opérationnel à l'état-major malien et de base aux trois hélicoptères engagés dans les combats. La chute de ce site, si elle venait à être confirmée, achèverait de désagré

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant