L'Autriche étudie des contrôles à sa frontière avec l'Italie

le
0
    VIENNE, 15 mars (Reuters) - L'Autriche a annoncé mardi un 
possible renforcement à venir des contrôles à sa frontière avec 
l'Italie, au col du Brenner, anticipant l'apparition d'une 
nouvelle "route" migratoire après la fermeture de celle des 
Balkans. 
    "Je suppose que dans les prochaines semaines, un système 
d'enregistrement et de contrôles similaire à ce qui se fait à 
Spielfeld sera mis en place", a déclaré à la presse le ministre 
autrichien de la Défense, Hans Peter Doskozil. 
    A Spielfeld, à la frontière avec la Slovénie, les autorités 
autrichiennes ont installé des barrières permettant un contrôle 
des mouvements de foule de même qu'une clôture longue de quatre 
kilomètres environ. 
    La ministre de l'Intérieur, Johanna Mikl-Leitner, a été plus 
prudente, soulignant que le gouvernement autrichienne en était à 
une phase préparatoire. 
    Des milliers de camion empruntent chaque jour le col du 
Brenner, principal point de passage entre le sud et le nord des 
Alpes. Le renforcement des contrôles pourrait passer par le 
déploiement d'une centaine de douaniers supplémentaires, selon 
des estimations du ministère des Finances. 
    Le gouverneur de la province du Tyrol, du côté autrichien de 
la frontière avec l'Italie, a précisé au micro de la radio ÖRF 
qu'il s'attendait à ce que ces mesures renforcées entrent en 
vigueur à la mi-avril. 
    "L'installation d'un couloir séparé est à l'étude pour que 
le trafic commercial puisse continuer, mais au final, s'il y a 
des contrôles, il y aura des embouteillages", a ajouté Günther 
Platter, demandant aux autorités italiennes de faire en sorte 
que les migrants arrivant sur leur sol ne puissent pas se 
diriger vers le nord, donc vers l'Autriche. 
    Avec la fermeture de la "route des Balkans" qu'empruntaient 
des migrants et réfugiés arrivant sur le sol européen via les 
îles grecques de la mer Egée, et le projet d'accord entre 
l'Union européenne et la Turquie qui prévoit le renvoi en 
Turquie de tous les migrants arrivant de façon clandestine en 
Grèce, la crainte existe de voir apparaître de nouvelles 
"routes" de migration vers l'Europe.  
    L'Italie pourrait ainsi se retrouver de nouveau confrontée à 
un flux de migrants tentant d'entrer dans l'Union en traversant 
la mer Adriatique depuis l'Albanie. "Nous mettons tout en oeuvre 
pour éviter cela", déclarait la semaine dernière le ministre 
italien de l'Intérieur, Angelino Alfano. 
 
 (Francois Murphy et Kirsti Knolle; Henri-Pierre André pour le 
service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant