L'autre visage de l'Iran

le
0
Le nouveau président iranien, Hassan Rohani.
Le nouveau président iranien, Hassan Rohani.

"Oubliez l'affreux Ahmadinejad et faites place au doux Rohani." C'est en substance le message que souhaite désormais faire passer la République islamique à l'Occident depuis juin dernier et l'élection à la présidence de son "mollah modéré". C'est que, contrairement à son prédécesseur ultra-conservateur, la victoire massive de Hassan Rohani dès le premier tour du scrutin ne souffre d'aucune contestation. "Le régime a cette fois jugé qu'il ne pouvait pas écraser les aspirations de la population comme ce fut le cas en 2009", affirme au Point.fr François Nicoullaud (1), ancien ambassadeur de France en Iran.

Comment l'expliquer ? "La répression du mouvement vert, la mauvaise gestion de l'économie et les sanctions internationales avaient considérablement affaibli l'ayatollah Khamenei (le Guide suprême)", indique au Point.fr Ardeshir Amir Arjomand (2), haut conseiller de Mir Hossein Moussavi (leader de l'opposition, aujourd'hui emprisonné, NDLR). "Au sein même du camp conservateur, il n'était plus écouté. Il lui fallait impérativement changer de politique." Qui mieux, dès lors, qu'un proche du Guide, apprécié des réformateurs comme des Occidentaux, pour incarner le nouveau visage "glamour" de la République islamique ? "Toutes les chancelleries occidentales ont accueilli favorablement l'élection de Hassan Rohani, l'ancien négociateur iranien sur le nucléaire", rappelle François Nicoullaud. "Mais il fallait ensuite des gestes concrets,...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant