L'autre tragédie syrienne : un patrimoine en péril

le
0
L'autre tragédie syrienne : un patrimoine en péril
L'autre tragédie syrienne : un patrimoine en péril

Des hommes enturbannés, kalachnikov en main, hurlent «Allah Akbar», Dieu est grand. Ils sont postés à différents emplacements du palais de justice d'Alep (Nord-Ouest). Ces combattants entament un furieux face à face avec d'autres snipers, les rafales résonnent entre les murs de pierre de l'ancien édifice. Une violente explosion achève enfin de détruire la tour du bâtiment qui s'écroule sous une épaisse fumée noire.

Le palais de justice d'Alep, comme de nombreux bâtiments syriens, est le théâtre de la guerre civile, qui entrera ce dimanche dans sa quatrième année. Loin d'être comparable au terrifiant bilan humain, qui fait état aujourd'hui de plus 140 000 morts, et aux innombrables tortures, viols, disparitions ... La destruction du patrimoine syrien est un autre aspect de cette crise sanglante.

Les minarets et forteresses, places «stratégiques» des snipers

Explosions d'anciennes cités, forteresses éventrées, bataille de snipers dans les décombres... Les vidéos et images en provenance de Syrie ne manquent pas pour illustrer l'effondrement du patrimoine et des antiques merveilles de Syrie. Le pays du Proche-orient compte quelque 34 musées et 10 000 sites archéologiques. L'ancienne ville de Damas, Alep ou de Bosra (Homs), le krak des chevaliers (Homs), le site de Palmyre (Homs), le château Qal`at Salah El-Din et les villages antiques du nord de la Syrie : tous sont des sites riches, classés au patrimoine mondial. Tous ont été touchés par les pillages, les bombes ou les batailles.

La mosquée des Omeyyades d'Alep, trésor classé du VIIIe, avant et après les bombardements. (AFP) -Faire glisser la souris de droite à gauche-

Les armées de soldats, rebelles ou loyalistes, prennent en effet fréquemment leurs quartiers dans ces sites historiques. «Les forteresses, vieilles villes, minarets...sont des endroits très stratégiques car ce sont des emplacements idéaux pour les snipers qui y ont une bonne ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant