L'autre réalité du tennis professionnel féminin

le
0
Pour sa victoire en finale du tournoi ITF de Grenoble, la Française Pauline Parmentier a remporté 3 919 dollars.
Pour sa victoire en finale du tournoi ITF de Grenoble, la Française Pauline Parmentier a remporté 3 919 dollars.

Certains constats sont plus éloquents qu'un long discours. Alors que Flavia Pennetta (12e mondiale) vient d'empocher un million de dollars pour sa victoire au Masters 1000 d'Indian Wells, Irina-Camelia Begu (129e mondiale) s'est vu offrir un chèque de 3 919 dollars pour sa victoire lors du tournoi de São Paulo. La différence ? Le premier est l'un des tournois les plus prestigieux du circuit WTA ; le second, une compétition du circuit ITF. Depuis le début de la saison, les dix meilleures joueuses mondiales ont remporté quatre des 14 titres mis en jeu sur le WTA Tour, le circuit principal féminin. Sportivement, l'hégémonie est moins évidente qu'en 2013 (neuf sur quinze). Financièrement, en revanche, la domination est impressionnante. En deux mois, les membres du top 10 se sont d'ores et déjà partagé 7,4 millions de dollars (5,3 millions d'euros) de gains, sans compter les revenus issus des sponsors et des contrats publicitaires. Une façade luxueuse. La partie émergée de l'iceberg... "Mes parents m'aident encore de temps en temps"Composé des plus gros tournois en termes de prestige et de rémunération, le WTA Tour n'est pas accessible à toutes les professionnelles. Pour les joueuses classées en-deçà de la 100e place mondiale, la course aux points et aux gains se joue sur le circuit secondaire, l'ITF. Éliminée en quart de finale du tournoi ITF de Grenoble à la mi-février, la Suissesse Amra Sadikovic a empoché 654 dollars (environ 480 euros)....

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant