L'autre écotaxe de la discorde

le
1
Emmaüs crée des emplois par le tri de vêtements, à travers la société Relais.
Emmaüs crée des emplois par le tri de vêtements, à travers la société Relais.

Il y a quelques mois déjà, Le Point révélait les investissements étonnants du Relais - qui collecte et trie les textiles usagés avec le parrainage d'Emmaüs -, notamment dans les paradis fiscaux du golfe Persique. Sous l'égide du ministère de l'Environnement, les acteurs de la filière se réunissent mercredi pour évoquer la répartition des 130 millions d'euros, collectés grâce à l'éco-contribution prélevée sur les vêtements achetés par les consommateurs, entre les différents collecteurs et trieurs. Aujourd'hui, le Relais détient près de 60 % du marché et devrait logiquement emporter 75 millions d'euros. Or, des voix s'élèvent pour remettre en cause cette répartition.

En effet, le Relais a perçu plusieurs millions d'euros reversés par l'éco-organisme pour développer l'emploi et l'investissement. Mais, en même temps qu'elle a ouvert des centres de tri, l'entreprise a aussi investi dans deux hôtels à Madagascar, dont elle a acheté 49 % des parts.

"Plus de transparence et de traçabilité"

Certains acteurs du secteur, présents autour de la table mercredi après-midi, s'interrogent sur le montant des investissements du Relais en France, qui ne débouchent pas sur une augmentation des emplois créés dans l'Hexagone. À l'inverse, au même moment, l'autre PME de tri Hersand a, elle, doublé sa capacité de production et généré plusieurs dizaines d'emplois en France.

Georges Bourgeois, président de Covaltex, un des acteurs...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8252219 le mercredi 13 nov 2013 à 18:43

    Supprimer cette association qui ne rempli pas son role