L'autre Battle of Old Trafford

le
0

Il faut plonger aux racines de l'antagonisme pour comprendre la haine. Si aujourd'hui, la baston entre Manchester United et Arsenal s'est atténuée au fil de la variation des résultats sportifs, elle était hier intense. Et tout a commencé comme ça, le 20 octobre 1990.

C'est tout le sens des premières fois. Il faut s'en souvenir et laisser une trace. Quelque chose d'indélébile dans les mémoires collectives et individuelles. Le Sir Alex Ferguson quarantenaire avançait souvent comme ça : utiliser les succès des autres pour provoquer celui des siens. Lors de son premier jour à Aberdeen, l'Écossais avait provoqué ses joueurs dans ce sens en cadrant son groupe autour d'une guerre déclarée aux tout-puissants de Glasgow. "Glasgow ne nous aime pas. Eh bien, nous ne les aimerons pas non plus." À Manchester, où il a débarqué au cours d'un anonyme soir de novembre 86, Ferguson a rapidement bousculé ses hommes autour du "putain de perchoir" du Liverpool de Dalglish. Il savait son effectif miné, à reconstruire et il avait donc décidé de le piquer avec justesse d'entrée, articulant son combat autour de la mise à mort de la culture de la boisson, mais aussi avec l'envie intime d'honorer la mémoire d'un mentor disparu sur scène un peu plus d'un an plus tôt.


Jock Stein était le repère de Ferguson. Sir Alex Ferguson était l'épaule de Stein. Alors il lui fallait maintenant avancer sans, en utilisant la mémoire de l'homme comme une force de conviction, la compilant à ses convictions travaillistes. Trente ans plus tard, Alexander Chapman Ferguson est statufié et surveille encore de près ce qu'il a laissé derrière lui à Manchester United en mai 2013 après vingt-sept ans de chewing-gums mâchés. Il y a les titres, bien sûr, l'institution relevée, aussi, mais également certaines rivalités montées sous son règne. Il y a eu Liverpool d'abord, puis progressivement Arsenal et finalement Manchester City, ce voisin devenu bruyant mais préféré par une large majorité de la ville. Tout le monde conserve des images de ce que représentait un Arsenal-Manchester United ou un Manchester United-Arsenal entre les années 90 et la première décennie des années 2000. Ce goût est aujourd'hui différent, la tension aussi, mais le souvenir reste présent. Et, cette fois, tout est parti de la bouche

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant