L'Autorité de la concurrence se fâche

le
0
L'institution condamne Bigard à un million d'euros d'amende. Elle rendra bientôt son avis sur la fusion TPS-Canal+.

L'Autorité de la concurrence a de nouveau tapé du poing sur la table. Elle a annoncé lundi avoir infligé une amende d'un million d'euros au producteur de viande Bigard (Charal). Le groupe avait été autorisé à reprendre la société Socopa en 2009. Mais il devait trouver un partenaire pour exploiter la marque Valtéro sous licence. «Bigard a, par diverses pratiques, retiré tout intérêt de la marque et ainsi vidé de sa substance un engagement important. Nous restons fermes. Canal + l'a déjà expérimenté, Bigard l'expérimente aujourd'hui», a affirmé Bruno Lasserre, président de l'institution.

L'allusion n'est pas un hasard. Les 20 et 24 juillet prochain, l'Autorité donnera son verdict sur les opérations de rachat de Direct 8 et Direct Star et sur la fusion déjà ancienne entre CanalSat et TPS. Elle entend endiguer la position dominante de l'opérateur de télévision payante. Bruno Lasserre promet qu'il ne touchera pas aux fondamentaux de ­Canal +, à savoir son intégration verticale et son système d'autodistribution. En revanche, CanalSat pourrait ne plus bénéficier de cette dernière. Le président a aussi l'intention d'empêcher l'hégémonie de Cana l+ sur le marché de la vidéo à la demande, qu'il n'estime pas menacé «à court ou moyen terme par les géants de l'internet comme Google, Apple ou Netflix, qui n'ont aucun abonné en France, contrairement à Canal + Infinity».

Pas de trêve estivale encore pour l'institution, qui est appelée à se prononcer cet automne sur le rachat de Flammarion par Gallimard, et devrait bientôt examiner l'acquisition par Casino de la part des Galeries Lafayette dans Monoprix. Le premier semestre a déjà été chargé. «Nous avons rendu 93 décisions, contre 215 pour la totalité de l'année 2011», a expliqué son président. Les sanctions sont plus importantes que celle du premier semestre 2011. Elles s'élèvent à 285 millions d'euros depuis janvier, dont 242 millions pour les producteurs de farine.

Victoire sur les banques

L'institution s'est félicitée d'une victoire récente, celle de l'engagement des banques à supprimer les principales commissions appliquées aux prélèvements. «Près de 300 millions d'euros par an vont être réinjectés dans l'économie», a-t-elle rappelé, précisant que l'instruction contre Visa et MasterCard se poursuivait. L'Autorité n'a pas non plus terminé son enquête sur la réparation automobile. «Pour montrer leur désaccord avec notre rapport de mi-enquête, 23 constructeurs n'ont pas hésité à déposer un recours auprès du Conseil d'État, a assené Bruno Lasserre. Mais les assureurs sont restés étrangement silencieux...» Les fédérations des assureurs FFSA et Gema se sont dits «étonnées de ces propos en contradiction avec des études récentes».

À la rentrée, l'Autorité publiera les conclusions de son enquête sur l'e-commerce. «Les sujets de fiscalité ne seront pas abordés», a expliqué Bruno Lasserre. La décision d'instaurer éventuellement une taxe sur les achats en ligne relève du gouvernement. Tout comme l'assouplissement du pouvoir d'injonction, demandé par l'Autorité. «Le président y était favorable lorsqu'il était encore candidat», a souligné Bruno Lasserre, qui a rappelé être en faveur de l'action de groupe.

LIRE AUSSI:

» Banques: la justice désavoue l'Autorité de la concurrence

» L'Autorité de la concurrence prévoit une année active

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant