L'automutilation progresse chez les ados

le
0
Ces comportements, encore trop souvent négligés par l'entourage, doivent alerter sur un état de souffrance psychique.

Coupures, brûlures, écorchures, voilà ce que s'infligent, parfois quotidiennement, certains adolescents, le plus souvent des jeunes filles. L'automutilation n'est pas un comportement nouveau mais il semblerait que le nombre de cas ait fortement augmenté récemment. Une étude britannique avance le chiffre de 11% de consultations supplémentaires liées à cette pratique l'an passé. Les praticiens attirent l'attention des parents sur un geste qui n'a rien d'anodin et nécessite un suivi médical.

«Nous ne disposons pas de chiffres précis en ce qui concerne les auto-mutilations en France, relève Xavier Pommereau, chef du Pôle adolescent au CHU de Bordeaux. Mais depuis cinq ou six ans nous observons sur le terrain une nette augmentation du nombre de jeunes qui sont concernés par ce type de comportement, notamment chez les 13-16 ans.» Pour le pédop...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant