L'autoconsommation de l'énergie solaire, une fausse bonne solution ?

le
0

Un Français sur deux est prêt à investir dans une installation photovoltaïque afin de couvrir au moins une partie de sa propre consommation énergétique, d’après un sondage Opinionway. Mais est-ce vraiment une solution rentable ?

Aujourd’hui, l’achat d’installations photovoltaïques interpelle de plus en plus les Français désireux de maîtriser leur facure énergétique et adopter un mode de consommation plus respectueux de l’environnement. Pour ces citoyens producteurs d’énergie solaire, la revente de cette ressource à un fournisseur d’électricité (le plus souvent EDF, ou l’un de ses concurrents) peut parfois se révéler très lucrative, le prix de rachat de l’énergie solaire étant bien supérieur au montant du kilowattheure actuel (environ 0.15euro/kWh). Pourtant, avec la révision trimestrielle de ces tarifs en baisse, l’opération perd en rentabilité et une autre alternative émerge: l’autoconsommation.

Comment cela fonctionne?

Ce mercredi 25 mai, le 1er colloque sur l’autoconsommation photovoltaïque organisé par Enerplan s’est tenu à Paris. L’occasion d’en savoir plus sur ce nouveau mode de consommation énergétique. Le procédé est le suivant: il consiste à raccorder ses panneaux solaires non pas au réseau public, mais directement aux équipements électriques de son logement afin de les alimenter en électricité. Lorsque l’installation ne produit pas ou peu d’énergie (la nuit et l’hiver par exemple), les appareils puisent l’énergie nécessaire dans le compteur du réseau d’électricité public. Le but n’est donc pas de se couper du réseau de distribution commun, mais d’alimenter une partie de sa consommation journalière avec une énergie renouvelable. Est-ce vraiment une solution intéressante?

Si vous désirez satisfaire votre conscience écologique, oui. En revanche si vous souhaitez connaître la rentabilité de l’opération, la chose est moins certaine.

Un investissement de départ qui peut dissuader

Sachez que pour consommer sa propre énergie solaire, l’investissement de départ représente un effort financier considérable et parfois dissuasif. Dans votre liste des dépenses, vous devrez compter le prix des panneaux photovoltaïques en autoconsommation (indépendants d’une installation pour la revente), les batteries nécessaires au stockage de l’énergie produite (accompagné d’un régulateur de charge), le coût des cablages et du raccordement de votre installation aux appareils électriques de votre foyer, mais aussi le compteur permettant de mesurer et surveiller vos dépenses énergétiques. Sans compter les mises à jour logicielles.

A combien s’élève la mise de départ? Selon les tailles de votre installation et les caractéristiques de votre logement, au minimum une dizaine de milliers d’euros. D’ailleurs, parmi les Français qui ne sont pas prêts à investir dans ce type de matériel, 37% le sont en raison du prix trop élevé des équipements, d’après un sondage Opinionway pour Enerplan.

Ce que vous pourrez économiser sur le long terme

Néanmoins, pour ceux qui ne seraient pas découragés par la cherté des équipements et qui seraient séduits par le fait de devenir un acteur quasiment autonome de la transition énergétique, l’autoconsommation présente l’avantage des circuits courts.

Pourquoi faire venir son eau chaude du nord de la France quand on peut profiter du soleil et de la chaleur locale? Les promoteurs vantent les économies engendrées par le concept, directement visibles sur votre facture énergétique. D’une part, les frais de transports des énergies (qui représentent tout de même la moitié de notre facture énergétique) seront moins importants, de même que la quantité d’électricité du réseau commun consommée. Car une fois raccordés à l’installation solaire, les équipements du foyer fonctionneront autant que possible grâce à l’énergie renouvelable autoproduite et le réseau d’électricité sera moins sollicité. Conclusion: la facture énergétique devrait s’amenuiser, jusqu’à l’amortissement espéré de votre investissement au bout de quelques années.

Une rentabilité encore difficile

Une solution intéressante oui, rentable, pas encore. A en croire la multiplication des projets de ce type aussi bien chez les particuliers que les entreprises, l’usage de sa propre énergie solaire prend l’allure d’une alternative prometteuse. Néanmoins à l’heure actuelle, elle reste nettement moins intéressante économiquement que la revente de son énergie au réseau et la perspective d’amortissement de son installation photovoltaïque reste encore trop lointaine. A prévoir tout de même: la chute du prix des panneaux solaires et des batteries pour le stockage d’énergie. Le coût des panneaux baisse de 20% tous les 20 mois. A ce rythme, on pourra donc imaginer qu’un panneau photovoltaïque coûtera en 2036… six euros!

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant