L'autocombustion du Barça

le
0
L'autocombustion du Barça
L'autocombustion du Barça

Défait à San Sebastian, le club catalan a lourdé son directeur sportif, Zubizarreta, et enregistré dans la foulée la démission surprise de Carles Puyol. Le tout, saupoudré d'une relation Luis Enrique/Leo Messi très compliquée. Bienvenue en 2015.

Dimanche dernier, le Barça avait l'occasion de reprendre la tête de la Liga en gagnant contre la Real Sociedad à Anoeta. Deux heures auparavant, le FC Valence vitaminé à coup de millions par Peter Lim avait en effet mis fin à l'incroyable série de victoires du Real d'Ancelotti. Peu convaincant depuis le début de saison, le Barça du critiqué Luis Enrique pouvait donc maquiller sa crise de jeu en reprenant les rennes de la Liga. Encore fallait-il empocher les trois points au Pays Basque. Convaincu de la victoire des siens, Luis Enrique décide pour l'occasion de laisser sur le banc de touche Piqué, Neymar, Dani Alves et Lionel Messi. Bizarre. Comme ce début de match des Blaugranas.

A la 2e minute, Jordi Alba catapulte un ballon de la tête dans ses propres filets. Le Barça est déjà mort. En panne d'idées, les Blaugranas déjouent à la manière d'un Suarez volontaire mais incapable de trouver sa place dans un collectif qu'il ne comprend pas encore. Décalé sur le côté droit, l'apprenti buteur Munir, révélation fugace du début de saison catalan, traine également son spleen contre la ligne blanche, condamné à centrer et défendre pour les autres. Au final, il ne fera ni l'un ni l'autre, son association avec Montoya ayant été tout bonnement catastrophique. Humilié par Canales, trituré par Castro, celui que le Barça voulait absolument vendre à la Juve il y a peu est désormais devenu indispensable depuis que le club a appris qu'il ne pourrait pas recruter lors des deux prochains mercatos.
Toro et Leo
Une chose est sûre : il n'a pas fait oublier un Alves libre de signer ou bon lui semble depuis quelques jours. Le départ du Brésilien, même vieillissant, serait tout bonnement une catastrophe à court et moyen terme pour les Culés. Celui de Lionel Messi, impensable il y a encore quelques mois, serait lui apocalyptique. Il y a quelques semaines, La Pulga avait déjà fait sonner les alarmes catalanes en déclarant au quotidien argentin Olé qu'il ne savait pas s'il finirait la fin de sa carrière du coté du Camp Nou. Des déclarations surprenantes pour celui qui n'avait jamais entrouvert jusqu'alors la possibilité d'un hypothétique départ de son club formateur. Snobé en première mi-temps par un coach avec qui il entretient des relations conflictuelles, Messi est rentré en seconde mi-temps pour éteindre un incendie qu'il a lui-même contribué à allumer.

48 heures avant le déplacement à San...






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant