L'auto-partage à l'assaut des aéroports

le
0
L'auto-partage à l'assaut des aéroports
L'auto-partage à l'assaut des aéroports

Économiser le parking onéreux de l'aéroport tout en gagnant de l'argent pendant ses vacances, c'est devenu possible grâce aux sites d'auto-partage, qui mettent en relation les propriétaires de véhicules avec les touristes souhaitant louer à petit prix."Les aéroports sont de véritables déserts en termes d'auto-partage", explique à l'AFP Gui Bulaty, co-fondateur de Carnomise, une des premières PME à offrir ce service depuis fin 2013.Le principe: le passager en partance, plutôt que de laisser son véhicule au parking de l'aéroport, le confie à une société spécialisée, qui le loue jusqu'à son retour de vacances.Implanté sur l'ancien site PSA d'Aulnay-sous-Bois, Carnomise a profité du programme de revitalisation de l'ancienne usine fermée l'an dernier pour lancer son agence et profiter d'un parking à moindre coût."Pour nous, ça tombe à pic. On est à huit minutes des terminaux de Roissy. C'est un endroit très stratégique", s'exclame l'entrepreneur de 36 ans, d'origine brésilienne, ancien d'Okigo, un service de location racheté par le géant américain Avis.Parties d'un double constat simple --la France reste le premier pays touristique du monde avec 84,7 millions de visiteurs étrangers, tout en étant l'un des plus onéreux d'Europe pour la location de voiture (152 euros par jour, selon Deutsche Bank)-- des start-ups se sont lancées sur ce créneau.Et elles surfent ainsi sur la recherche permanente d'économies par les consommateurs.Le modèle économique est fondé sur un modèle "gagnant-gagnant-gagnant".Pendant que le propriétaire du véhicule économise les frais de parking et partage les recettes de location à égalité avec l'agence, le locataire bénéficie de tarifs compétitifs (le véhicule en lui-même ne coûte rien à la société) -entre 15 et 20 euros la journée- tout en profitant d'une large gamme de voitures et d'une assurance multirisques."Pour deux semaines de location, j'ai payé ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant